Ecoutez Radio Sputnik
    Ces leçons que les USA feraient mieux d’apprendre de Vladimir Poutine

    Ces leçons que les USA feraient mieux d'apprendre de Vladimir Poutine

    © Sputnik . Alexei Druzhinin
    International
    URL courte
    Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie (419)
    10415814
    S'abonner

    La petite guerre de la Russie en Syrie, qui n'a pris que six mois, montre que même une opération militaire limitée peut changer l'équilibre des forces dans une région précise.

    L'engagement russe en Syrie a prouvé qu'une opération militaire même au Proche-Orient peut être fructueuse, note le Wall Street Journal.

    Ayant analysé le cours de la campagne aérienne russe en Syrie, le journal a fait une liste des leçons que le prochain chef d'Etat américain ferait mieux de tirer de la stratégie de Vladimir Poutine.

    Tout d'abord, un dirigeant doit toujours prendre part dans un conflit. En Syrie, le président russe a soutenu le leader légitime du pays Bachar el-Assad. Cette approche, selon le quotidien, est bien meilleure que la méthode de Barack Obama de se ranger en faveur de "l'histoire" et de critiquer tout le monde sur Terre.

    Deuxièmement, il faut se fixer des objectifs réalistes. Barack Obama avait initialement averti que l'opération russe en Syrie risquait de reproduire le scénario afghan. Mais le président Poutine se rendait compte que son pays ne pouvait pas se permettre une campagne militaire de longue haleine.

    Au lieu de cela, le chef de l'Etat russe a compris qu'une opération aérienne dynamique à court-terme serait suffisante pour infléchir le cours de la guerre syrienne et entamer des négociations.

    La troisième leçon est de garder à l'esprit la règle de l'ancien ministre américain de l'Agriculture Earl Butz affirmant que "Vous ne jouez pas le jeu, vous ne faites pas les règles".

    L'un des objectifs de l'intervention russe en Syrie était de parvenir à une réussite diplomatique. En conséquence, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a joué un rôle mineur dans les pourparlers de paix syriens.

    Enfin, un leader doit avoir des options pour de nouvelles actions. La Russie a retiré l'essentiel de ses forces de Syrie. Mais les forces russes y sont toujours déployées pour protéger le centre naval de Tartous et la base aérienne de Hmeimim. Vladimir Poutine a clairement indiqué que la Russie serait en mesure de retourner en Syrie à tout moment.

    Les États-Unis auraient pu atteindre le même résultat en Irak ou en Libye, par le maintien d'une présence militaire suffisante pour réprimer les insurgés et maintenir un équilibre entre les groupes sectaires, a noté l'auteur.

    Alors, qu'est-ce que Washington pourrait faire en Syrie? Selon le Wall Street Journal, la meilleure stratégie inclurait l'abandon de l'idée d'une Syrie en tant qu'Etat unitaire, le soutien à une autonomie kurde et à un Etat alaouite à Lattaquié soutenu par Moscou, et, enfin, de vaincre les groupes djihadistes sunnites.

    Une telle approche ne résoudrait pas le problème syrien dans son entièreté. "Le point d'intervention est de ne pas tout résoudre. Et comme Vladimir Poutine l'a à nouveau rappelé au monde, les tentatives de résoudre tous les problèmes ne résolvent rien", conclut le quotidien.

    Dossier:
    Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie (419)

    Lire aussi:

    Après la Syrie, Moscou se tourne vers la Tunisie et le Maroc
    La Russie a fait le boulot en Syrie et peut en être fière
    "Coup de tonnerre dans un ciel serein": les réactions au retrait russe de Syrie
    Poutine annonce le montant de l'opération russe en Syrie
    Retrait russe de Syrie: le "top-5" des hypothèses occidentales
    La Russie prête à frapper les groupes armés violant la trêve en Syrie
    Tags:
    retrait de l'aviation russe, leçons, stratégie, Wall Street Journal, Bachar el-Assad, Vladimir Poutine, Hmeimim, Tartous, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik