International
URL courte
44522
S'abonner

Un selfie de l'ancien président du Front national de la jeunesse Julien Rochedy avec le président syrien Bachar el-Assad a provoqué des débats sur Internet. Si certains y voient une sorte d'acte de résistance, d'autres parlent d'un soutien au "dictateur".

Une délégation, menée par Thierry Mariani, a été reçue par le chef de l’État syrien dimanche 27 mars. A l'issue de la rencontre, Julien Rochedy, ex-président du Front national de la jeunesse (FNJ), a posé pour un selfie en compagnie de Bachar el-Assad.

Après une vive réaction de l'eurodéputé Philippe Juvin (Les Républicains) qui s'en est pris directement à l'ancien membre du FN, d'autres internautes se sont également indignés de cette photo.

Certains ont publié des Tweets pour exprimer qu'ils se sentaient insultés par une telle photo avec "le dictateur syrien", comme l'a fait Monsieur Stanislas, "Bobo-gaucho chez les @jeunessocialist, petite main des @jeunesmacron, et étudiant en droit à mes heures perdues".

D'autres internautes sont allés jusqu'à comparer Bachar el-Assad avec Hitler.

Certains, au contraire, ont qualifié ce selfie d'acte de résistance.

Enfin, il y a ceux qui ont aimé cette photo.

Julien Rochedy, quant à lui, a justifié son acte par les nouveaux moyens de communication que certains refusent de comprendre et d'accepter.

Concernant sa vision de Bachar el-Assad, l'ancien président du Front national de la jeunesse souligne qu'il "n'a pas du tout les caractéristiques du dictateur arabe qui joue de son menton et de son autorité. Il vous accueille et vous demande, en français, de lui parler librement". 


Lire aussi:

Un ex-membre du FN prend un selfie avec Bachar el-Assad à Damas
Poutine félicite Assad pour la libération de Palmyre
Assad: la politique de l'UE est insignifiante face aux efforts de Moscou et de Washington
Deux morts et plus de 160 blessés dans l'effondrement d’une tribune dans une synagogue près de Jérusalem - vidéos
Tags:
polémique, réactions, selfie, Front national (FN), Julien Rochedy, Bachar el-Assad, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook