Ecoutez Radio Sputnik
    Pilotes russes à l'aéroport militaire de Hmeimim

    "Contrairement à l'Occident, la Russie combat réellement le terrorisme"

    © Sputnik . Dmitriy Vinogradov
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    29853

    La conseillère du président syrien, Boussaïna Chaaban, a commenté la libération de Palmyre et a soutenu l'idée de Vladimir Poutine de créer une coalition internationale afin de venir à bout du terrorisme.

    La libération de la ville de Palmyre, abritant une cité antique unique en son genre, est un coup dur au terrorisme qui détruit voilà cinq ans la Syrie, considère Boussaïna Chaaban, conseillère du président syrien Bachar el-Assad. Selon cette dernière, cette victoire est symbolique pour plusieurs raisons.

    La libération de Palmyre "démontre que l'armée syrienne et ses alliés, avant tout la Russie, sont capables de venir à bout du terrorisme. Ils ont prouvé qu'ils tiennent fermement tête au terrorisme qui s'est propagé non seulement en Syrie, mais dans le monde entier", a indiqué Mme Chaaban.

    En cinq ans de conflit, les autorités syriennes sont arrivées à deux conclusions principales: la coalition occidentale qui faisait semblant d'être venue pour combattre le terrorisme ne faisait rien dans ce sens. Quant au président Vladimir Poutine et au gouvernement russe, ils sont sincères dans leurs efforts.

    "L'appel lancé par Poutine de créer une coalition internationale de lutte contre le terrorisme est crucial et sincère, ce qui a été prouvé par les Forces aérospatiales russes lors de leur interaction avec l'armée syrienne. Pour cela, je dis à l'Occident que celui qui veut combattre réellement le terrorisme doit répondre à l'appel lancé par Poutine et aider l'armée syrienne et ses alliés à combattre les extrémistes", a souligné Mme Chaaban dans un entretien à la chaîne russe RT.

    Libération de Palmyre et la réaction de l'Occident

    La libération de Palmyre est une grande joie pour le peuple syrien. Palmyre est une ville antique fondée au cours du deuxième millénaire avant notre ère. Le peuple syrien tout entier a eu mal au cœur lorsque cette ville unique est tombée entre les mains des terroristes, explique Mme Chaaban.

    "Je salue les autorités russes et le président Poutine car cette conversation téléphonique (le président russe a appelé dimanche son homologue syrien pour le féliciter de la libération de la ville, ndlr) traduit son sentiment profond envers ce joyau historique et civilisationnel", a avoué la conseillère.

    "Aucun leader occidental n'a félicité ni le peuple syrien, ni l'armée syrienne à l'occasion de la libération de la cité antique quoique les terroristes qui ont envahi la ville soient les mêmes qui perpétuent des attentats à Bruxelles, à Paris et dans d'autres capitales européennes et même aux Etats-Unis", a ajouté Mme Chaaban.

    "La tumeur maline qu'est le terrorisme est la même pour tous. Cet appel téléphonique illustre la différence entre les autorités russes, (…) qui tiennent leurs engagements, et les doubles standards de l'Occident qui se dit être contre le terrorisme, mais dans les faits ne lutte pas contre ce mal et ne veut pas se ranger du côté de l'armée syrienne qui le combat", selon elle.

    Et d'ajouter que, depuis le début de la crise, Damas cherche à parvenir à une solution politique. "Avec les victoires signées par l'armée au sol, nous augmentons nos efforts dans la coopération afin de parvenir à une solution politique".

    Le rôle de la Turquie

    La conseillère du président Assad a souligné que depuis le début de la guerre contre la Syrie, les autorités du pays comprennent que c'est une affaire émanant d'Ankara. "Il s'agit d'une agression turque contre la Syrie. Si nous n'avions pas une frontière commune avec la Turquie s'étendant sur plus de 860 km, tous ces terroristes venus des quatre coins de la planète n'auraient pas pu pénétrer sur le sol syrien. La Turquie est devenue une vraie plaque tournante (pour les terroristes, ndlr)", assure Mme Chaaban.

    "Nous savions que des convois de camions-citernes chargés de brut partaient de l'est de la Syrie à travers l'Irak et le Kurdistan vers la Turquie. Il est possible qu'après ils poursuivent ensuite leur route vers l'Europe. Vente de pétrole, d'antiquités, vol de l'équipement de nos fabriques d'Alep. Je peux dire que le gouvernement d'Erdogan soutient le terrorisme non seulement en Syrie, mais partout dans le monde", a déclaré Mme Chaaban.

    "J'espère voir le jour où le monde saura que le gouvernement turc est impliqué dans le commerce du pétrole et des antiquités et que ce gouvernement sème le trouble dans ces pays au nom de son propre profit et qu'Erdogan lui-même bien que vêtu à l'occidentale reste dévoué dans son âme et dans sa tête aux Frères musulmans. Sa pensée est wahhabite et il mène le monde au bord du gouffre", a conclu Boussaïna Chaaban.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Le Pentagone et la CIA s'affrontent en Syrie
    Les militaires russes démineront la ville de Palmyre en Syrie
    Les Syriens en liesse s'expriment sur la libération de Palmyre
    La Turquie dans l’UE? Pas avant dix ans, selon Juncker
    La Turquie intercepte 1.700 réfugiés en route vers la Grèce
    Tags:
    terrorisme, coalition, pétrole, attentat, lutte antiterroriste, Etat islamique, Vladimir Poutine, Boussaïna Chaaban, Bachar el-Assad, Europe, Damas, Palmyre, Turquie, Occident, Russie, Kurdistan, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik