International
URL courte
32341
S'abonner

L’Académie suédoise, qui décerne le prix Nobel de littérature, avait désapprouvé la fatwa prononcée en 1989 par le guide spirituel de la révolution iranienne, l’ayatollah Khomeini, une sentence de mort contre l’écrivain Salman Rushdie pour ses "Versets sataniques". La décision de l’Académie provoque aujourd'hui une discussion.

La décision de l'Académie suédoise fait l'objet d'un article publié dans le journal The Washington Post. A l'époque, l'ayatollah Khomeini avait jugé que le roman de Salman Rushdie était une œuvre anti-musulmane et avait maudit publiquement son auteur, prononçant contre lui une fatwa qui réclamait son exécution.

Selon Seyed Hadi Zayeri, expert de l'islam et enseignant à l'Université de Téhéran, qui s'exprime à ce sujet dans un entretien accordé à Sputnik, les opinions sur cette question sont divisées, et la vision iranienne est différente de celle adoptée par la société occidentale.

"En Iran, la fatwa est un décret juridique. (…) Cependant, en Occident, il n'existe pas de compréhension claire de cette mesure, parce que les Occidentaux ne comprennent pas la nature réglementaire de ce jugement", déclare l'interlocuteur de Sputnik.

"Nous comprenons tous que dans cette question, il y a les deux côtés de la médaille. Par exemple, le problème de l'Holocauste n'est pratiquement pas discuté en Occident, personne n'émet de critiques, parce que la société occidentale reconnaît cela, et personne ne le conteste plus", poursuit l'expert.

Selon Seyed Hadi Zayeri, l'Occident devrait en premier lieu résoudre le problème de la dualité de la notion de "liberté d'expression". Cette liberté peut-elle être absolue ou y a-t-il des limites, une certaine "ligne rouge" dans les déclarations critiques?

Lire aussi:

Jardin du Livre: l'Iran ambitionne le plus grand projet éditorial du monde
Les sanctions contre l'Iran levées seulement sur le papier?
La condition à laquelle l'Iran soutiendra le gel de la production de pétrole
Nouveaux tests de missiles balistiques par l'Iran
Tags:
littérature, libertés, ayatollah Khomeini, Salman Rushdie, Iran, Suède, Occident
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook