Ecoutez Radio Sputnik
    Le camp Bondsteel

    Sputnik visite le camp Bondsteel, 2e plus grande base US d'Europe

    © Sputnik . Brankitza Ristih
    International
    URL courte
    12750

    La deuxième plus grande base américaine d'Europe, le camp Bondsteel, a été construite au Kosovo peu après la fin des bombardements de la Yougoslavie. La journaliste de Sputnik Brankica Ristic a réussi à obtenir l'autorisation de la visiter.

    Le camp Bondsteel a été construit au Kosovo peu après la fin des bombardements de la Yougoslavie, à l'époque où le Kosovo a été placé sous contrôle international. Soit dit en passant, les Américains ont choisi pour leur base un endroit peu peuplé que les avions de l'Otan n'avaient pratiquement pas bombardé et dont le sol n'était pas, par conséquent, contaminé par l'uranium appauvri.

    En moins de trois ans, un camp de tentes a été transformé en un centre de commandement hautement technologique doté des systèmes de surveillance et de protection les plus modernes. Sa superficie est de 360.000 mètres carrés. La demande de visiter la base a mis trois mois à être examinée.

    La base est divisée en secteurs. On y circule comme dans une petite ville, la vitesse autorisée variant entre 30 et 50 km/h en fonction des secteurs.

    A l'entrée, les visiteurs sont scannés comme dans un aéroport, tous les objets sont inspectés et les portables retirés. Sur le territoire, le visiteur est partout accompagné par deux militaires.

    Le camp Bondsteel évoque un croisement entre scènes de films de guerre américains et petite ville des USA: c'est 25 km de routes bitumées, environ 300 ouvrages et 11 miradors.

    La rotation des effectifs a lieu tous les trois ou six mois, en fonction de la situation. Dans le camp Bondsteel, comme dans toutes les autres bases militaires des Etats-Unis, le sexe, l'alcool et les armes chargées sont interdits.

    Pour que les militaires n'aient pas le mal du pays, à Bondsteel on peut acheter des vêtements américains, des guitares, on peut même aller dans une pizzeria typiquement américaine. Une chapelle a été construite pour les représentants des différentes confessions. Le centre de formation local coopère avec les universités de Chicago et du Maryland.

    Les militaires suivent même des cours d'histoire du Kosovo, car pour la majorité ils ont une idée très vague du pays dans lequel ils se trouvent. Les enseignants sont des Albanais et on comprend bien quelle version de l'histoire ils exposent.

    Côté militaire, la base s'occupe du traitement des données provenant des Balkans, mais aussi du Proche et du Moyen-Orient. Elle est dotée des systèmes de communication les plus modernes. Une unité spéciale est responsable des "guerres électroniques", elle est composée de spécialistes du renseignement ayant l'expérience de l'Afghanistan et de l'Irak.

    Le nombre de chars et d'hélicoptères n'est pas révélé officiellement, mais selon certaines données le camp Bondsteel compterait une vingtaine de Black Hawk, un Apache et une dizaine de chars Abrams M1A2.

    Le camp Bondsteel est apparemment le polygone américain le plus puissant d'Europe grâce à sa situation stratégique: le contingent américain en Macédoine et en Bosnie et les bases d'Italie sont tout proches. Il est en quelque sorte au centre du soi-disant triangle militaire des Balkans-Apennins.

    L'avenir du camp Bondsteel est inconnu. Sa fermeture a été plusieurs fois annoncée. Selon une version, la base restera sous le contrôle des forces armées des Etats-Unis, mais sera transformée en quartier général de l'armée future de l'Etat autoproclamé du Kosovo.

    Lire aussi:

    Les USA vont-ils «espionner» l’Europe depuis la Serbie?
    Une politique de «caniches»: Londres et Paris prennent le parti du Kosovo
    Les USA créent une nouvelle unité de reconnaissance en Europe
    Tags:
    visite, base militaire, camp Bondsteel, AH-64D Apache, Sikorsky UH-60 Black Hawk, Abrams M1, Brankica Ristic, Kosovo, Yougoslavie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik