International
URL courte
384318
S'abonner

La Russie ne participera pas au Sommet sur la sécurité nucléaire à Washington. La Maison Blanche, de son côté, a qualifié cette décision d’occasion manquée et déclaré que Moscou s'isolait dans ce domaine.

La Russie ne participera pas au Sommet de la sécurité nucléaire qui se tiendra du 31 mars au 1er avril à Washington. La Maison Blanche a déclaré en réponse qu'il s'agissait d'une occasion manquée pour Moscou.

Les Etats-Unis, otages d'anciens scénarios
© Sputnik . Konstantin Chalabov

"La Russie ne fait que s'isoler des discussions sur de tels sujets", a déclaré Ben Rhodes, conseiller adjoint de la Sécurité nationale de la Maison Blanche, ajoutant que la Russie et les Etats-Unis continuaient de collaborer dans le domaine de la sécurité nucléaire.

"Nous ne comprenons pas bien quel est le but de ce sommet, car la problématique a un caractère très spécifique: elle cible particulièrement les physiciens nucléaires, les fonctionnaires des services de renseignement et les ingénieurs, mais ce n'est pas ce dont il faut discuter au plus haut niveau", a déclaré Mikhaïl Oulianov, directeur du département de la non-prolifération et du contrôle des armements du ministère russe des Affaires étrangères à RIA Novosti.

Le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié de politisées les déclarations de la Maison Blanche. D'après Oulianov, ces déclarations n'ont aucun fondement.

"Nous et les Américains sommes les coprésidents de l'initiative globale de lutte contre le terrorisme nucléaire depuis déjà dix ans. Cette initiative comprend les problèmes qui seront discutés dans le cadre du sommet. C'est pourquoi nous ne sommes pas isolés, car nous coprésidons avec les USA", a déclaré M.Oulianov.

"La Fédération russe est un pays pilote dans la gestion de la sécurité nucléaire. C'est précisément le sujet qui sera discuté dans le cadre du sommet. Nous y jouons un rôle clé. C'est pourquoi ces déclarations sont politisées", a-t-souligné.

Lire aussi:

USA: il loge dans une boîte en contreplaqué par souci d'économie
Renseignement US: pas de menace terroriste directe de l'EI contre les USA
Relations bilatérales Washington – La Havane. «Tout est pardonné»?
Attentats de Bruxelles: Washington dans le rôle du donneur de leçons
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook