Ecoutez Radio Sputnik
    brexit

    De plus en plus de Britanniques favorables au Brexit

    © AP Photo / Kirsty Wigglesworth
    International
    URL courte
    Le Royaume-Uni en attente du référendum sur le Brexit (2015) (77)
    8351
    S'abonner

    D'après les observateurs locaux, ce changement brusque est apparemment lié à une nouvelle vague de crise migratoire en Europe.

    Selon les résultats d'un sondage réalisé par l'institut Ipsos Mori, la part des Britanniques favorables à l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne est tombée de 54% à 49% ces dernières semaines.

    D'après les observateurs locaux, ce brusque changement pourrait s'expliquer par une nouvelle vague de la crise migratoire en Europe. Il est probable que les événements tragiques aux frontières européennes et les incidents impliquant des réfugiés à proximité immédiate du pays (notamment à Calais) ont poussé les habitants du Royaume-Uni à bouder un peu plus l'idée d'une Europe unie.

    A cet égard, Ipsos Mori note que le sondage auprès de 1.000 personnes a été réalisé du 19 au 22 mars, ce qui exclut toute influence des attentats terroristes de Bruxelles sur l'opinion des Britanniques à propos de l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne.

    Frexit
    © AFP 2019 FREDERICK FLORIN

    D'après une étude effectuée par la société TNS à la mi-mars, 36% des sondés ont déjà pris position à propos du referendum, tandis que 28% restent hésitants. On s'attend à ce que la plupart des participants au référendum prennent leur décision au dernier moment, ce qui rend le vote historique encore plus imprévisible.

    La décision concernant l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne doit être prise à l'issue d'un référendum qui se tiendra le 23 juin 2016.

    Dossier:
    Le Royaume-Uni en attente du référendum sur le Brexit (2015) (77)

    Lire aussi:

    L'UE au bord de l'éclatement, ou l'effet domino d'un Brexit
    Plus de 50% des Britanniques sont pour le Brexit
    Cameron invite les partisans du "Brexit" à reconnaître les "risques"
    Macron hausse le ton devant la menace d'un Brexit
    Tags:
    Union européenne (UE), Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik