Ecoutez Radio Sputnik
    Vojislav Šešelj

    Le TPIY acquitte Vojislav Seselj

    © AFP 2017 VALERIE KUYPERS
    International
    URL courte
    14895203

    Les juges du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) ont acquitté jeudi le président du Parti radical serbe Vojislav Seselj de l'ensemble des accusations de crimes contre l'humanité et crimes de guerre présentés par le procureur pour son rôle au cours des guerres qui ont déchiré l'ex-Yougoslavie pendant les années 1990.

    "Avec cet acquittement sur les neuf chefs d'accusation, le mandat d'arrêt n'a plus d'objet", a ajouté le juge Jean-Claude Antonetti: "Vojislav Seselj est donc un homme libre".

    Vojislav Seselj, qui s'était défendu seul, n'était pas "le chef hiérarchique" des milices de son parti, et ne peut donc être tenu pénalement responsable des crimes commis, informe l'AFP.

    Les juges n'ont par ailleurs pas pu écarter la possibilité que les discours de Vojislav Seselj "étaient destinés à renforcer le moral des troupes de son camp plutôt qu'à les appeler à ne pas faire de quartier".

    L'homme était accusé par le procureur d'avoir "propagé une politique visant à réunir tous +les territoires serbes+ dans un Etat serbe homogène, qu'il appelait la +Grande Serbie+".

    "Cet Etat devait englober la Serbie, le Monténégro, la Macédoine et de vastes portions de la Croatie et de la Bosnie-Herzégovine", avait assuré le procureur, assurant que Seselj avait donc commis ou encouragé des crimes pour forcer la majorité des non-Serbes à quitter ces territoires.

    "La chambre a tout d'abord reconnu que la propagande d'une idéologie +nationaliste+ n'est pas en soi criminelle", a assuré le juge, accusant le bureau du procureur d'avoir présenté un dossier basé sur des "imprécisions".

    Lire aussi:

    Vucic: l'UE reproche à la Serbie ses relations avec la Russie
    Serbie membre de l'UE: et si les Serbes disaient non?
    L’intégration européenne de la Serbie, un choix sans pressions
    Tags:
    procès, acquittement, tribunal, Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), Jean-Claude Antonetti, Vojislav Seselj, La Haye, Serbie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik