International
URL courte
2012
S'abonner

Une centaine de réfugiés érythréens ayant transité par des "hotspots" en Italie sont arrivés mercredi en France dans le cadre de l'accord européen conclu l'été dernier pour répartir les demandeurs d'asile, a-t-on appris auprès du ministère de l'Intérieur.

Au total 96 réfugiés ont été orientés dans des centres d'hébergement dans la région lyonnaise, a-t-on précisé de même source.

Ces arrivées portent à près de 400 le nombre total de demandeurs d'asile pris en charge par la France dans le cadre du programme européen de "relocalisation" validé l'été dernier. Les premiers, des Érythréens, avaient été accueillis en novembre, rapporte l`AFP.

Début mars, quelque 150 réfugiés (essentiellement Syriens et Irakiens) étaient arrivés de Grèce dans le cadre de ce programme. Environ 140 autres devraient être pris en charge à la mi-avril, a-t-on ajouté de même source, en précisant qu'il s'agirait là de demandeurs d'asile arrivés en Grèce avant le 20 mars.

Cette date marque en effet l'entrée en vigueur d'un accord clé entre l'Union européenne et Ankara sur la question migratoire, contesté par les humanitaires car il permet de renvoyer vers la Turquie les migrants arrivés sur le sol grec, même si l'Europe s'est engagée à venir ensuite chercher des réfugiés syriens en Turquie pour les répartir dans les divers États membres.

Il ne s'agira pas dans ce cas de "relocalisation", mais de "réinstallation".

Le programme de relocalisation prévoit la répartition de 160.000 réfugiés en Europe au total (dont 30.000 pour la France), mais son démarrage a été laborieux, puisque seul un gros millier de personnes en avaient bénéficié fin mars, selon le Bureau européen d'appui à l'asile (EASO).

Lire aussi:

La Turquie intercepte 1.700 réfugiés en route vers la Grèce
La "sirène" qui a sauvé des réfugiés en mer Egée se prépare pour les JO
L'UE et la Turquie sont parvenues à un accord sur les réfugiés
Norvège: les enfants envoyés dans de faux camps de réfugiés
Tags:
crise migratoire, réfugiés, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook