Ecoutez Radio Sputnik
    Palmyre

    Un charnier de 42 victimes de l'EI découvert à Palmyre

    © AP Photo / SANA via AP, File
    International
    URL courte
    13334
    S'abonner

    Un charnier contenant les cadavres de 42 civils et militaires exécutés par le groupe djihadiste Etat islamique a été découvert dans la ville syrienne de Palmyre reconquise par l'armée, selon une source militaire.

    "L'armée a découvert hier (vendredi dernier, ndlr) un charnier comprenant les restes humains de 24 civils, dont trois enfants, et de 18 militaires", a précisé la source syrienne.

    Selon elle, les victimes "des soldats et miliciens gouvernementaux ainsi que des membres de leurs familles" ont été soit "décapitées soit fusillées" par les djihadistes qui ont contrôlé la ville pendant dix mois.

    Leurs dépouilles "ont été transportées vers l'hôpital militaire de Homs et certaines ont été identifiées", a-t-elle ajouté.

    Le 27 mars, au terme d'une offensive de 20 jours, l'armée syrienne appuyée par l'aviation russe a chassé les djihadistes de Palmyre, située dans la province centrale de Homs.

    La cité, surnommée "la Perle du désert", est connue dans le monde entier pour ses trésors archéologiques inestimables dont une partie a été détruite par l'EI.

    D'après la source militaire et l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), il s'agit de dépouilles d'officiers et de membres de leurs familles exécutés par le groupe extrémiste après l'entrée en mai 2015 de l'EI dans la ville.

    "L'EI a exécuté en totalité au moins 280 personnes durant son occupation de Palmyre", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

    Malgré les horreurs de la guerre en Syrie qui a fait plus de 270.000 morts depuis mars 2011, les annonces de découvertes de charniers sont rares dans ce pays.

    Lire aussi:

    Des sapeurs russes et leurs chiens arrivent en Syrie pour déminer Palmyre
    Le Pentagone loue Moscou pour la prise de Palmyre mais refuse une alliance
    Tags:
    charnier, victimes, Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Palmyre, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik