Ecoutez Radio Sputnik
    Le président russe Vladimir Poutine

    Les Grecs espèrent une visite de Poutine

    © Sputnik . Alexei Druzhinin
    International
    URL courte
    Situation économique en Grèce (112)
    6384

    Athènes souhaite évoquer avec Moscou les perspectives d'approfondissement ultérieur de la coopération économique, notamment dans le secteur énergétique, a indiqué la porte-parole du gouvernement grec Olga Gerovasili.

    Le président russe Vladimir Poutine est attendu en Grèce, bien qu'aucune date n’ait encore été arrêtée, a indiqué la porte-parole du gouvernement grec Olga Gerovasili. 

    "Le président Poutine ne manquera pas de venir en Grèce, mais les dates concrètes de sa visite ne sont pas encore fixées. Cela est au stade de l'examen", a déclaré Mme Gerovasili devant les journalistes. 

    Et d'ajouter qu'une visite en Grèce du chef de l'Etat russe serait un événement extrêmement important. 

    "Au regard de la situation effectivement critique dans la région, des négociations et un échange de vues revêtent une signification toute particulière", a estimé la porte-parole, signalant que les autorités grecques comptaient aborder avec la partie russe les questions relatives à l'approfondissement ultérieur de la coopération économique, notamment dans le secteur énergétique.  

    Le ministre grec de la Culture Aristides Baltas a déclaré en amont qu'Athènes espérait que la visite du président russe aura lieu en mai. Selon M.Baltas, cette visite marquera une grande étape dans les relations entre la Russie et la Grèce.

    Dossier:
    Situation économique en Grèce (112)

    Lire aussi:

    Les experts doutent qu'Athènes puisse rembourser ses dettes
    Embargo : Athènes demande à Moscou la permission de lui livrer oranges, fraises et pêches
    Tsipras: Athènes n'est pas en mesure de payer sa dette
    Tags:
    secteur énergétique, coopération, visite, Aristides Baltas, Olga Gerovasili, Vladimir Poutine, Moscou, Athènes, Russie, Grèce
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik