International
URL courte
25824
S'abonner

L'ancien ministre allemand des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher est mort jeudi 31 mars à l'âge de 89 ans. Poids lourd de la diplomatie mondiale, il a souvent critiqué l'Otan pour son élargissement vers l'Est et dénoncé les sanctions antirusses.

Hans-Dietrich Genscher était persuadé que la coopération avec la Russie était indispensable pour assurer la stabilité en Europe.

Le quotidien économique Deutsche Wirtschafts Nachrichten se souvient des préceptes de cet homme politique.

"Nous vivons aujourd'hui dans un monde globalisé et dépendons dans une mesure beaucoup plus large qu'autrefois de la coopération entre les Etats. La vieille politique de confrontation — Qui est le plus fort? Qui est le plus important?— n'est plus d'actualité. Nous avons besoin des efforts de tous les pays pour régler les crises qui nous assaillent. Le récent accord sur l'Iran montre que nous pouvons réussir si nous œuvrons de concert. Les Russes auraient pu le bloquer facilement, mais ils ne l'ont pas fait. Cela signifie que si les deux parties souhaitent quelque chose, elles l'obtiendront", a dit un jour Hans-Dietrich Genscher.

Il avait l'habitude de parler du Conseil Russie-Otan dans les termes suivants: "Je ne comprends pas pourquoi nous l'utilisons si peu. Ce conseil a été créé justement pour ces temps: quand le soleil ne brille pas et qu’il pleut".

L'ancien chef de la diplomatie allemande critiquait également les sanctions décrétées par l'UE contre la Russie. Selon lui, ces mesures "n'ont pas donné l'effet escompté", mais ont causé du tort à l'économie allemande.

"Je ne pense pas que nous puissions dire qu'il s'agit d'une entreprise réussie", affirmait-il.

Il jugeait légitime le mécontentement du président russe Vladimir Poutine au sujet du déploiement de troupes et d'armements de l'Otan le long des frontières occidentales de la Russie, rapporte le journal allemand. Selon M.Genscher, on a terminé la guerre froide pour mettre un terme à la division de l'Europe, mais au lieu de cela, on a déplacé la ligne de division en Europe vers l'Est. L'ancien ministre allemand a accusé l'Alliance atlantique d'avoir violé ses ententes avec la Russie.

Selon M.Genscher, afin de comprendre le président russe, il faut savoir ce qui le motive.

"Poutine se fixe un objectif tout à fait clair: définir une position n'ayant rien à voir avec la position de faiblesse de son prédécesseur, Boris Eltsine. En effet, ça vaut la peine de faire de la politique avec ce grand pays. En Europe, il ne peut pas y avoir de stabilité sans la Russie et, bien évidemment, contre la Russie", disait le diplomate allemand.

Lire aussi:

Europe: un "désarmement verbal" nécessaire avec Moscou (Genscher)
Berlin ne respecte les sanctions antirusses qu'en paroles
Washington et Berlin menacent Moscou de nouvelles sanctions
Un golden retriever joue avec des poussins qui le prennent pour leur mère – vidéo
Tags:
OTAN, mondialisation, diplomates, propos, Conseil Russie-Otan, Hans-Dietrich Genscher, Boris Eltsine, Vladimir Poutine, Europe, Allemagne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook