International
URL courte
18226
S'abonner

L'administration du Haut-Karabakh fait état de la poursuite des hostilités dans le sud-est et le nord de la région malgré les affirmations du ministère azerbaïdjanais de la Défense sur leur arrêt.

"Des combats intenses se poursuivent dans le sud-est et le nord du Haut-Karabakh", a déclaré le porte-parole de l'administration du Haut-Karabakh à l'intention de Sputnik Arménie. 

"L'administration travaille 24 heures sur 24. Une réunion des volontaires a été organisée, on établit les listes de réservistes en vue de compléter les unités militaires ayant besoin de renforts", a-t-il ajouté. 

L'envoyé de Sputnik Arménie signale que la situation à Stepanakert, ville principale de cette région, peuplée en majorité par des Arméniens, qui avait proclamé unilatéralement son indépendance par rapport à l'Azerbaîdjan en 1988, reste calme. 

Entre-temps le ministère azerbaîdjanais de la Défense a démenti les déclaration du Haut-Karabakh sur les combats dans le nord et le sud-est de la région. Une déclaration en ce sens a été faite par son porte-parole Vaguif Diarkhagly. 

"La situation est stable, tout est sous le contrôle des forces armées de l'Azerbaïdjan. Pour le moment, des combats ne sont pas constatés", a-t-il commenté. 

L'Arménie et l'Azerbaïdjan ont signalé samedi la reprise des hostilités dans le Haut-Karabakh. Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a fait état de bombardements pratiqués par les forces armées arméniennes. Le ministère arménien de la Défense a de son côté déclaré que la partie azerbaïdjanaise "avait lancé une offensive". Les deux pays ont fait état de pertes humaines.

Face à cette reprise des hostilités inattendue et la plus violente depuis 1994 le président russe  Vladimir Poutine s'est dit  très inquiet et a appelé "les deux parties à un cessez-le-feur immédiat et à faire preuve de retenue pour éviter qu'il y ait de nouvelles victimes". Les ministres russes des Affaires étrangères et de la Défense ont contacté leurs homologues arméniens et azerbaïdjanais pour les inciter à une désescalade. 


Lire aussi:

Conflit du Haut-Karabakh: la tension monte d'un cran
Poutine appelle à respecter le cessez-le-feu dans le Haut-Karabakh
Haut-Karabakh: des canons automoteurs dans les rues de Stepanakert. VIDEO
La Chine alerte sur un possible krach des marchés occidentaux: «Il faut être très vigilant»
Tags:
pertes humaines, combat, hostilités, Vladimir Poutine, Haut-Karabakh, Azerbaïdjan, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook