International
URL courte
44612
S'abonner

Le président syrien Bachar el-Assad a déclaré qu'il aimerait entrer dans l'histoire comme l'homme qui a "préservé" son pays et la région.

Qui et comment écrit notre histoire? Que faut-il entreprendre afin de gagner en réputation? Dans une interview à Sputnik, le numéro un syrien Bachar el-Assad a présenté son point de vue en la matière.

"Nous savons qu'il arrive, de temps en temps, que l'on écrive incorrectement l'histoire où même qu’on la falsifie", a-t-il commencé.

Cependant, Bachar el-Assad estime que le peuple syrien est le plus apte à donner un avis objectif quant à ce qui se passe dans la région.

"Je ne peux pas présenter une évaluation de moi-même, je peux toutefois souhaiter devenir, disons, le premier sur la liste de ceux qui ont préservé le pays face à l'agression terroriste accompagnée d’atrocités que l'on n'avait pas rencontrées ces dernières décennies, voire ces derniers siècles. En plus, j'aimerais être l'homme qui a préservé la région, étant donné que la Syrie est un Etat clé dans cette région", a avoué le président syrien.

Bashar el-Assad, image d'illustration
© AFP 2021 LOUAI BESHARA
Le 27 mars, au terme d'une offensive de 20 jours, l'armée syrienne appuyée par l'aviation russe a chassé les djihadistes de Palmyre, située dans la province centrale de Homs.

La Syrie est le théâtre d'un conflit armé depuis mars 2011. Selon les dernières informations des Nations unies, les hostilités ont fait plus de 220.000 morts. Les troupes gouvernementales combattent les groupes terroristes dont les plus dangereux sont Daech et le Front al-Nosra.


Lire aussi:

Bachar al-Assad: "Tout ce que fait la Turquie peut être considéré comme une agression"
Bachar al-Assad: "La Syrie a besoin de bases militaires russes"
Assad: le préjudice causé par la guerre dépasse 200 milliards de dollars
Vote Du Jour: les Français prônent la reprise du dialogue avec Assad
Tags:
peuple, histoire, terrorisme, Etat islamique, Bachar el-Assad, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook