International
URL courte
10021
S'abonner

Au moins 33 personnes sont mortes dans le récent regain de tension dans le Haut-Karabakh, selon un rapport du Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Des journalistes de Sputnik sous les tirs dans le Haut-Karabakh
© REUTERS / Vahram Baghdasaryan/Photolure
"Des sources officielles en Arménie et en Azerbaïdjan ont rapporté qu'au moins 30 militaires et trois civils avaient trouvé la mort dans les combats. Le nombre de blessés, militaires comme civils, n'est pas officiellement confirmé pour le moment", indique l'organisation.

Cependant, d'après certaines informations, le nombre de blessés pourrait dépasser deux centaines, constate le rapport.

Les combats se sont déroulés à proximité des localités d'Agder, de Martouni et de Hadrout, où résident au total 14.400 personnes. L'Onu souligne que ni l'Arménie, ni l'Azerbaïdjan n'ont sollicité d'aide humanitaire internationale suite à la crise.

Le 2 avril dernier, les deux pays ont constaté une aggravation de la situation dans le Haut-Karabakh, république autoproclamée de Transcaucasie majoritairement peuplée d'Arméniens (80%). Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a fait état de tirs de la part des forces armées arméniennes, tandis qu'Erevan a accusé Bakou d'avoir mené des "actions offensives" sur le terrain.

Selon les évaluations de l'Onu, environ 150.000 personnes résident dans la zone du conflit du Haut-Karabakh et risquent d'être forcées de quitter leurs foyers en cas d'aggravation de la situation et de reprise des hostilités dans la région.

 

Lire aussi:

Conflit du Haut-Karabakh: la tension monte d'un cran
Poutine appelle à respecter le cessez-le-feu dans le Haut-Karabakh
Haut-Karabakh: des canons automoteurs dans les rues de Stepanakert. VIDEO
Haut-Karabakh: 12 soldats azerbaïdjanais tués, un hélicoptère abattu
Tags:
conflit, personnes déplacées, militaires, combat, hostilités, Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), ONU, Haut-Karabakh, Azerbaïdjan, Arménie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook