International
URL courte
12463
S'abonner

Deux analystes haut placés du renseignement du Commandement central des Etats-Unis (CENTCOM) ont affirmé avoir été licenciés en raison de leurs rapports sceptiques sur les groupes rebelles soutenus par Washington en Syrie.

Selon le journal américain Daily Beast faisant référence à des sources informées, ce serait le premier cas connu de vengeance au sein du CENTCOM après que certains analystes aient accusé leurs patrons de manipuler des rapports de renseignement sur la campagne américaine contre l'Etat islamique afin de créer une image plus optimiste.

"Un des analystes, qui affirme être victime, est l'analyste principal pour le problème syrien du CENTCOM. Lui et ses collègues ont douté de la capacité des rebelles et de leur attachement aux objectifs américains dans la région", souligne le journal.

En conséquence, les analystes ont été licenciés, et actuellement, ils ne travaillent plus au commandement central, indiquent deux sources bien informées, parlant sous couvert de l'anonymat.

Les notes sceptiques des analystes ont conduit à des frictions avec les hauts responsables militaires, qui, l'année dernière, avaient prédit que la soi-disant opposition modérée formerait des unités terrestres de 15.000 hommes pour se battre contre Daech, note le quotidien.

Rappelons que dans le cadre du programme de soutien et d'entraînement des forces d'opposition syriennes les autorités américaines avaient l'intention d'entraîner 5.000 rebelles, toutefois cet objectif n'a pas été atteint en raison des désertions et des offensives d'autres groupes. Ainsi, selon le Pentagone, seul cinq soldats syriens ont été entraînés à combattre Daech. Le programme, d'un montant de 500 millions de dollars (environ 445 millions d'euros), a été arrêté en octobre 2015.

Lire aussi:

Le Pentagone et la CIA s'affrontent en Syrie
Les USA vont encore beaucoup dépenser pour entraîner les rebelles syriens
Le Pentagone a dépensé 500 M USD pour entraîner des rebelles syriens
Quand les USA peinent à s'entendre et font la guerre contre eux-mêmes en Syrie
Tags:
opposition modérée, renseignement, Etat islamique, CENTCOM (United States Central Command), Pentagone, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook