International
URL courte
Conflit du Haut-Karabakh (167)
5929
S'abonner

L’Arménie et l'Azerbaïdjan ont convenu d'un cessez-le-feu bilatéral le long de la ligne de contact dans le Haut-Karabakh, qui est entré en vigueur à midi heure locale le 5 avril.

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a confirmé le cessez-le-feu, déclarant que toutes les hostilités dans le Haut-Karabakh avaient cessé à 12h00 précises.

"Nous avons pris la décision de cesser le feu le long de la ligne de contact au Karabakh le 5 avril à 12h00", a déclaré le porte-parole du ministère azerbaïdjanais de la Défense Vagif Dargahly.

Plus tôt dans la journée, l'armée du Haut-Karabakh a affirmé avoir reçu l'ordre de sa direction politique de cesser le feu.

Un accord bilatéral sur un cessez-le-feu a été préparé à la réunion du groupe de Minsk de l'OSCE sur le Haut-Karabakh à Vienne.

"La trêve fixe les positions que les parties ont occupées. Maintenant, les co-présidents du groupe de Minsk (OSCE) élaboreront leur vision sur cela, et nous espérons que la guerre ne reprendra pas", a affirmé Albert Andryan, chef de la représentation du Haut-Karabakh à Moscou.

Les co-présidents du groupe de Minsk de l'OSCE sur le Haut-Karabakh arriveront à Erevan le 9 avril.

Plus tôt dans la journée, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Romain Nadal avait déclaré que les co-présidents du groupe de Minsk, représentants de la France, de la Russie et des Etats-Unis, visiteraient Bakou, Erevan et le Haut-Karabakh dans les prochains jours.

Le 2 avril, l'Arménie et l'Azerbaïdjan ont annoncé que la situation dans le Haut-Karabakh s'était dégradée de manière dramatique. Bakou et Erevan se sont renvoyés mutuellement la faute sur le fait d'avoir violé la trêve initiale et ont rapporté de violents combats dans la région.

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a fait état de bombardements pratiqués par les forces armées arméniennes. Le ministère arménien de la Défense a de son côté déclaré que la partie azerbaïdjanaise "avait lancé une offensive".

Au moins 33 personnes sont mortes dans le récent regain de tension dans le Haut-Karabakh, selon un rapport du Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Depuis février 1988, l'Arménie et l'Azerbaïdjan se disputent le Haut-Karabakh, région autonome principalement peuplée par des Arméniens et qui a annoncé son intention de se séparer de l'Azerbaïdjan. Cette démarche a provoqué des affrontements entre les troupes arméniennes et azerbaïdjanaises à la suite desquelles Bakou a perdu le contrôle de la région.

Les hostilités dans le Haut-Karabakh ont fait environ 15.000 morts et ont contraint près d'un million de personnes à quitter leurs foyers. Le cessez-le-feu signé le 12 mai 1994 à Bichkek (Kirghizstan) a été violé à maintes reprises par les belligérants.

Le règlement pacifique du conflit fait l'objet de négociations menées depuis 1992 dans le cadre du Groupe de Minsk de l'OSCE coprésidé par les Etats-Unis, la Russie et la France.

Dossier:
Conflit du Haut-Karabakh (167)

Lire aussi:

Erdogan prédit le retour du Haut-Karabakh à son "vrai propriétaire"
L'Azerbaïdjan dévoile les conditions de cessez-le-feu dans le Haut-Karabakh
Haut-Karabakh: des villages dénoncent les pilonnages de l’Azerbaïdjan
Haut-Karabakh: l'Arménie se déclare prête à accorder une aide militaire directe
Haut-Karabakh: tout en affirmant cesser les tirs, Bakou continue le pilonnage
Haut-Karabakh: une situation incertaine
Tags:
conflit, trêve, cessez-le-feu, hostilités, Groupe de Minsk de l'OSCE, Vagif Dargahly, Haut-Karabakh, Vienne (Autriche), Azerbaïdjan, Arménie, France, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook