International
URL courte
Panama Papers (45)
537
S'abonner

Selon la déclaration du 5 avril dernier de Michel Sapin, ministre français des Finances, son pays a l’intention définitive de réinscrire le Panama sur la liste des pays et territoires non-coopératifs en matière fiscale, après la grande vague médiatique soulevée par les révélations des Panama Papers.

Mais cette déclaration du responsable français rappelle une série d'annonces tout à fait favorables à l'égard de ce pays d'Amérique latine que la France avait entrepris lors des derniers temps, estime le journal Marianne.

Le mardi noir pour le Panama, le 5 avril dernier, intervient presque jour pour jour après la décision de 2012, quand François Baroin, ministre de l'Economie et des finances de Nicolas Sarkozy, président français de l'époque, et Valérie Pécresse, sa ministre du Budget, avaient signé l'arrêté chargé de blanchir le Panama en le retirant de cette liste.

Depuis, l'Europe et la France en particulier ont adopté une attitude assez controversée envers le Panama. Selon Marianne, le 17 juin dernier, la Commission européenne a publié une liste de 30 paradis fiscaux qui intégrait ce pays. Lors des derniers mois, M.Sapin a rencontré le ministre panaméen de l'Economie et des finances, Dulcidio de la Guardia, et l'a même reçu à Bercy le 16 février dernier.

C'est le lendemain de cette rencontre que l'assemblée plénière du Groupe d'action financière (Gafi), structure intergouvernementale de lutte contre le blanchiment d'argent créée en 1989 et dont la France fait partie, a commencé à Paris. Marianne souligne que le Gafi a félicité le Panama pour les progrès importants réalisés par le pays, en précisant qu'il ne figurerait plus sur la liste grise.

L'ambassade panaméenne à Paris a ensuite mis en ligne une photo représentant M.Sapin et son homologue panaméen accompagnée d'une déclaration de ce dernier: "C’est un triomphe de tous les Panaméens, d’un pays qui a travaillé ensemble, secteur public et privé, et réussi les consensus nécessaires pour sauvegarder les meilleurs intérêts de notre nation. Cela a permis l’adoption et l’application d’une nouvelle réglementation qui positionne le Panama à l’avant-garde en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux".

Selon Bercy, la France n'aurait pas participé aux félicitations du Gafi. Par contre, selon Marianne qui se réfère à la presse panaméenne, cela ne correspond pas à l'opinion adoptée par le ministère panaméen des Finances. Dans un article publié le 18 février dernier, le journal La Prensa a parlé de réconciliation entre la France et le Panama.

Le Panama, pays d'Amérique centrale fréquemment secoué par des scandales de corruption, se trouve dans l'œil du cyclone médiatique depuis qu'ont éclaté les révélations d'évasion fiscale à grande échelle dans le cadre des Panama Papers, impliquant des hauts responsables politiques, sportifs ou des milliardaires.

Dossier:
Panama Papers (45)

Lire aussi:

Porochenko cité dans l'affaire Panama Papers... mais lui c'est différent
Démission chez Transparency International après les Panama Papers
Porochenko dans les Panama Papers? Rien ne minimisera ses efforts anti-corruption!
Panama Papers: qui sont les grands gagnants?
Tags:
Panama papers, scandale, Michel Sapin, Panama, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook