Ecoutez Radio Sputnik
    La politique de deux poids deux mesures de l'Occident envers Moscou

    La politique de deux poids deux mesures de l'Occident envers Moscou

    © Sputnik . Alexei Filippov
    International
    URL courte
    36873
    S'abonner

    Avant de parler de l'"agression" russe, les occidentaux doivent se rappeler de leurs propres mesures utilisées pour atteindre leurs objectifs de politique étrangère, estime un journal allemand.

    En déclarant que la Russie est une menace mondiale, les politiciens occidentaux sont tout à fait hypocrites. Et si les Etats-Unis et l’Europe n'apprennent pas à reconnaître leurs propres erreurs et à respecter les intérêts des autres pays, ils ne seront pas en mesure d'établir un dialogue efficace avec Moscou, écrit le journal allemand Focus.

    A partir du moment où la Russie a recommencé à gagner de l'influence sur la scène mondiale, ses actions sont soudainement devenues "agression", les informations reçues de sources russes – de la propagande du Kremlin et sa politique étrangère – des ambitions impérialistes.

    Le principal crime de Moscou, d’après les occidentaux, est le rattachement de la Crimée à la fédération. En accusant les Russes, les États-Unis et l'Europe sont prêts à nier tous les liens historiques et la proportion de population russe habitant dans la péninsule, et même les résultats du référendum légitime.

    "L’Occident essaie d’estimer la politique de Moscou à travers le prisme de la morale. Et en fait, ce ne serait pas quelque chose de mal, s’il regardait ses propres actions à travers le même prisme. Ce qui n’est pas dans la nature des occidentaux, malheureusement. Par conséquent, une telle position moralisatrice prise uniquement envers la Russie montre une politique occidentale de deux poids deux mesures", estime l’auteur de l’article.

    Comme le note le journal, il ne faut pas être oracle pour imaginer la réaction de Washington à une éventuelle révolution dans une région stratégique pour les USA. Par exemple, Hawaii, où stationne une partie importante de la Flotte du Pacifique des États-Unis. Sans doute si une telle hypothèse se produisait, les Américains se précipiteraient pour assurer leurs propres intérêts et si cela était nécessaire, à l’aide de moyens militaires. Leur allié le plus proche – le Royaume-Uni –a réagi exactement de cette façon en 1982, déclarant la guerre à l’Argentine, quand ses intérêts ont été affectés dans les îles Falkland.

    En outre, personne n’accuse les Britanniques et ne qualifie les USA de "menace mondiale", bien que ces derniers aient été en guerres pendant 222 des 239 années de leur existence (principalement hors de leur territoire). Si le monde occidental n’est pas prêt à admettre ses propres erreurs, il doit accepter le fait que d'autres pays peuvent aussi avoir leurs propres intérêts nationaux, et doit cesser de juger la Russie, a conclu le journal.

    Lire aussi:

    "Contrairement à l'Occident, la Russie combat réellement le terrorisme"
    Le guide suprême de l'Iran impute aux USA l'apparition de l'EI
    Peur de la Russie? Un diplomate russe pointe le rôle des médias occidentaux
    "L’Occident doit résoudre le problème de la dualité de la liberté d’expression"
    Tags:
    duplicité, hypocrisie, deux poids deux mesures, agression russe, Occident, Washington, Royaume-Uni, Crimée, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik