Ecoutez Radio Sputnik
    Présentateur de TV allemand Jan Böhmermann

    Un présentateur de TV allemand risque 3 ans de prison pour un poème sur Erdogan

    © Wikipedia / Jonas Rogowski
    International
    URL courte
    Affaire Böhmermann (28)
    19156

    Le parquet de la ville allemande de Mayence a intenté une action en justice contre le présentateur de télévision Jan Böhmermann, suite à la lecture d’un poème sur le président turc Recep Tayyip Erdogan, rapporte un hebdomadaire allemand.

    Le procureur de Mayence a été saisi d’une vingtaine de plaintes contre le présentateur de télévision et comédien Jan Böhmermann, en raison d’un poème que ce dernier a lu le 1er avril sur la chaîne publique ZDF, rapporte Der Spiegel, ajoutant que ce poème renfermait des insultes à l'égard du président turc Recep Tayyip Erdogan. 

    "Le poème sous-titré en turc dans lequel l'auteur accuse Recep Tayyip Erdogan de représailles contre les Kurdes et les chrétiens, ainsi que de fermeture de journaux d'opposition a été lu dans le programme "Neo Magazin Royale" et contenait plusieurs insultes personnelles à l'endroit de +l’homme furieux du Bosphore+", lit-on dans l'article. 

    Le parquet doit décider si ce poème relève simplement de la satire, ou s’il constitue une infraction criminelle selon l’article 103 qui prévoit des peines allant jusqu’à 3 ans d’emprisonnement pour toute insulte à un chef d’Etat étranger.  

    Quoi qu'il en soit, pour que ces poursuites soient engagées, il faut que la justice allemande soit saisie d’une plainte de l’ambassade de Turquie, ce qui ne s’est pas produit pour le moment, signale le média.

    Dossier:
    Affaire Böhmermann (28)

    Lire aussi:

    Elle risque quatre ans de prison pour avoir insulté Erdogan
    Erdogan: le problème kurde ne peut pas être résolu pacifiquement
    A Washington, les gardes du corps d'Erdogan s'en prennent à la presse
    Tags:
    parquet, poursuites, prison, chrétiens, médias, Kurdes, Spiegel, Jan Böhmermann, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik