Ecoutez Radio Sputnik
    Site nucléaire de Savannah River (Caroline du Sud)

    Un Etat US réclame la réalisation d'un accord avec Moscou

    © Flickr/ Savannah River Site
    International
    URL courte
    9835
    S'abonner

    Washington refuse de construire une usine de recyclage de plutonium militaire, causant un préjudice économique et écologique à l'Etat de Caroline du Sud.

    La Caroline du Sud a intenté une action en justice contre le département d'Etat américain à l'Energie (DoE) et notamment la National Nuclear Security Administration (NNSA) en vue d'assurer la réalisation d'un accord nucléaire russo-américain, rapporte le journal local Aiken Standard.

    D'après une requête déposée par le procureur général de Caroline du Sud, Alan Wilson, le DoE cherche "à saper la construction de l'usine de production de combustible MOX" (mélange d'oxydes de plutonium et d'uranium) en Caroline du Sud prévue par un accord russo-américain de 2000 sur le recyclage de plutonium militaire.

    Washington et Moscou se sont engagés en 2000 à éliminer chacun 34 tonnes de plutonium militaire excédentaire issu de la guerre froide en les recyclant sous forme de combustible MOX à usage civil. L'accord bilatéral prévoit la construction d'une usine de recyclage de plutonium militaire sur le site de Savannah River, à Aiken, en Caroline du Sud.

    Comme l'usine MFFF (Mixed-oxyde Fuel Fabrication Facility) de Savannah River ne fonctionne pas, l'Etat fédéral devait retirer une tonne de plutonium militaire du territoire de l'Etat avant le 1er janvier 2016. Toutefois, rien n'a été fait, d'après les autorités de l’Etat de Caroline du Sud. 

    Si l'usine n'est toujours pas mise en service, les autorités fédérales doivent en outre retirer une tonne de plutonium par an de Caroline du Sud et payer un million de dollars d'amende par jour à partir du 1er janvier 2016. 

    Le montant des amendes que l'Etat fédéral devrait payer à la Caroline du Sud pour le non-respect du calendrier des travaux de construction et d'évacuation de plutonium militaire atteindra 100 millions de dollars le 10 avril (87,6 millions d’euros), selon Aiken Standard.

    "Le gouvernement fédéral n'a pas tenu sa parole donnée au peuple de notre Etat et nous poursuivrons nos efforts pour que le département d'Etat à l'Energie retire les déchets nucléaires du territoire de notre Etat et paie les amendes requises", a déclaré jeudi Chaney Adams, porte-parole du procureur général de Caroline du Sud.

    "Le secrétaire d'Etat à l'Energie Ernest Moniz et le département d'Etat à l'Energie n'ont toujours pas retiré de plutonium militaire du territoire de Caroline du Sud ni payé d'amendes à raison de 1 million de dollars par jour pour le préjudice économique et écologique", a noté mercredi le procureur Wilson.

    Selon une décision prise par la juge Michelle Childs, le Département d'Etat à l'Energie et la NSSA ont jusqu'au 25 avril pour expliquer leur refus de remplir leurs engagements.

     Le président russe Vladimir Poutine a rappelé jeudi aux autorités américaines qu'elles ne respectaient pas l'accord de 2000 sur le démantèlement de plutonium hautement enrichi. "Cela implique le lancement d'entreprises spécialisées. Nous avons rempli nos engagements, nous avons construit cette usine. Nos partenaires américains ne l'ont pas fait", a indiqué M.Poutine lors du forum des médias régionaux et locaux Vérité et Equité à Saint-Pétersbourg.


    Lire aussi:

    USA-Russie: lancement du recyclage du plutonium militaire en 2018
    Projet russo-américain de recyclage du plutonium militaire russe
    Les USA et la Russie signent un protocole sur le recyclage de plutonium militaire
    Tags:
    plainte, plutonium, préjudice, procès, amende, guerre froide, écologie, combustible MOX, département d'Etat américain à l'Energie (DoE), National Nuclear Security Administration (NNSA) des Etats-Unis, Michelle Childs, Chaney Adams, Alan Wilson, Ernest Moniz, Vladimir Poutine, Caroline du Sud, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik