International
URL courte
Conflit du Haut-Karabakh (167)
18281
S'abonner

Lors des premiers jours du conflit, le président russe Vladimir Poutine s'est entretenu avec ses collègues arménien et de azerbaïdjanais et a appelé les parties au calme, d'après le premier ministre Dmitri Medvedev.

"Le rôle de la Russie est évident, nous n'avons jamais fui nos responsabilités en tant que membre du groupe de Minsk. Le président s'est tout de suite adressé au président azerbaïdjanais Ilham Aliyev et à son homolgue arménien Serge Sargsian et a appelé les parties au calme, leur demandant de s'assoir à la table des négociations et de décréter un cessez-le-feu", a déclaré M.Medvedev lors de sa visite à Bakou.

Le chef du gouvernement russe a rappelé que les mécanismes et les formats en vue d'une résolution du conflit dans le Haut Karabakh existent et que créer quelque chose de nouveau serait "à double tranchant". Il faut s'assoir à la table des négociations qui a "été créée au cours des 20 dernières années" et commencer les consultations, a souligné M.Medvedev.

La visite du premier ministre russe à Bakou n'a pas été planifiée à l'avance mais est devenue nécessaire devant la reprise du conflit dans le Haut Karabakh. Il est arrivé dans la capitale azerbaïdjanaise en provenance d'Erevan, où il avait participé à des négociations avec le président arménien.

Le 7 avril, le premier ministre russe a déclaré que Moscou était prêt à jouer le rôle d'intermédiaire dans le règlement du conflit dans le Haut-Karabakh. Il a exprimé l'espoir que le cessez-le-feu serait respecté et que le processus politique serait repris pour que "le règlement politique soit effectué par des diplomates et non par des militaires".

Depuis février 1988, l'Arménie et l'Azerbaïdjan se disputent le Haut-Karabakh, région autonome principalement peuplée par des Arméniens et qui a annoncé son intention de se séparer de l'Azerbaïdjan à l'époque où les deux républiques faisaient partie de l'URSS. Cette démarche a provoqué des affrontements entre les troupes arméniennes et azerbaïdjanaises à la suite desquelles Bakou a perdu le contrôle de la région.

Les hostilités dans le Haut-Karabakh ont fait environ 15.000 morts et ont contraint près d'un million de personnes à quitter leurs foyers. Le cessez-le-feu signé le 12 mai 1994 à Bichkek (Kirghizstan) a été violé à maintes reprises par les belligérants.

Le règlement pacifique du conflit fait l'objet de négociations menées depuis 1992 dans le cadre du Groupe de Minsk de l'OSCE coprésidé par les Etats-Unis, la Russie et la France.

Dossier:
Conflit du Haut-Karabakh (167)

Lire aussi:

La situation sur la zone du conflit du Haut-Karabakh
Dans le Haut-Karabakh, Erdogan souffle sur les braises
Le Haut-Karabakh œuvrera à sa reconnaissance officielle
Erevan et Bakou d’accord sur un cessez-le-feu dans le Haut-Karabakh
L'Azerbaïdjan menace de pilonner le Haut-Karabakh
Tags:
conflit, cessez-le-feu, Ilham Aliev, Serge Sargsian, Vladimir Poutine, Dmitri Medvedev, Russie, Haut-Karabakh, Azerbaïdjan, Arménie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook