International
URL courte
Accord d'association Ukraine-UE (229)
4260
S'abonner

Les résultats du référendum au Pays-Bas ont montré qu'en deux ans de présidence, l'Ukraine affaiblie n'a pas réussi à gagner la sympathie des Européens ordinaires.

Piotr Porochenko et son équipe ont eu deux ans pour prouver que l'Ukraine voulait devenir une partie de l'Europe, mais ils ont raté cette chance, et ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes, écrit Leonid Bershidsky dans sa chronique pour Bloomberg.

Les résultats du récent référendum au Pays-Bas ont montré, selon lui, qu'en deux ans de présidence, l'Ukraine affaiblie n'a pas réussi à gagner la sympathie des Européens ordinaires.

Il serait sans doute très commode de dire que les Hollandais ne savent rien de l'Ukraine ou qu'ils s'en fichent, mais ce serait faux: la catastrophe aérienne près de Donetsk en juillet 2014 a emporté la vie de 193 Néerlandais, souligne-t-il.

Il s'agit de l'une des plus grandes catastrophes de l'histoire du pays, qui a poussé les Néerlandais à suivre de près la situation en Ukraine. Lors du référendum, ils auraient pu soutenir ce pays dans ses tentatives pour "assurer son indépendance et mettre fin à l'héritage soviétique", mais ils ne l'ont pas fait, note l'auteur.

Bien que Piotr Porochenko, dont la popularité est en chute libre, ait déclaré que le "non" du référendum hollandais ne constituait pas un obstacle sur la voie de l'Ukraine vers l'UE, il pourrait en réalité porter le coup de grâce à la capacité du président à se maintenir au pouvoir.

Même les anciens alliés tournent le dos au président ukrainien, comme le député Moustafa Naïem, selon lequel les résultats du référendum hollandais représentent une condamnation de Porochenko en personne.

Dans ce contexte, les révélations des Panama Papers, qui établissent un lien entre Piotr Porochenko et des sociétés extraterritoriales (dites offshore), de même que le gel par le Fonds monétaire international d'une nouvelle tranche d'aide à l'Ukraine, sont loin de lui être favorables.

Du point de vue pratique, les résultats du référendum peuvent n'influer en rien sur l'accord d'association UE-Ukraine, mais ils ont été pour Kiev "un message important dans une période critique", selon Leonid Bershidsky.

De son point de vue, l'Ukraine va faire face à de nouveaux bouleversements politiques: une nouvelle génération de militants pro-occidentaux essayera de nettoyer le pays des élites "prérévolutionnaires".

"Les nouveaux troubles ne contribueront pas à améliorer l'image de l'Ukraine en Europe, où elle est considérée — et pour cause — comme un pays faible et totalement corrompu qui ne cesse de demander toute sorte d'aide mais ne fait presque rien pour s'aider lui-même", écrit l'analyste.

Il faudra beaucoup de temps aux successeurs de Porochenko et de son entourage pour gagner la confiance des Européens, conclut l'auteur.

Dossier:
Accord d'association Ukraine-UE (229)

Lire aussi:

Porochenko dans les Panama Papers? Rien ne minimisera ses efforts anti-corruption!
Transparency International appelle Porochenko à dévoiler ses secrets
Référendum aux Pays-Bas: une "double gifle" pour l'UE
Référendum aux Pays-Bas: une sanction pour le président ukrainien
Tags:
Ukraine, Pays-Bas, Petro Porochenko, Moustafa Naïem, Union européenne (UE), référendum, Accord d'association Ukraine-UE
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook