International
URL courte
7442
S'abonner

Dans les jours qui viennent, l'approvisionnement en eau et en électricité sera rétabli dans les villes syriennes de Palmyre et d'Al-Qaryatayn, nettoyées des terroristes, promettent les autorités de Homs.

Les autorités municipales de Homs ont préparé 48 cars pour plus de 2.000 Syriens désireux de regagner leurs foyers abandonnés suite à l’arrivée des djihadistes de l'Etat islamique (EI ou Daech) dans les villes désormais libérées de Palmyre et d'Al-Qaryatayn, a annoncé aux journalistes un employé de la mairie.  

La ville syrienne d’Al-Qaryatayn libérée
© Sputnik . Mikhail Voskresenskiy

"L'administration de la ville de Homs a préparé 46 cars pour Palmyre et deux autres pour Al-Qaryatayn. Il s'agit de transporter en tout plus de 2.000 personnes déplacées internes (PDI) de Homs vers leurs foyers abandonnés", a précisé le responsable.  

Et d'ajouter que l'approvisionnement de ces villes en eau et en électricité serait rétabli sous peu. 

La ville de Palmyre, dont les vestiges sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco, était passée sous le contrôle des djihadistes de Daech en mai 2015. L'armée syrienne régulière et les unités des Faucons du désert ont totalement délogé les terroristes de la ville le 27 mars dernier.  

Peuplée de chrétiens, la ville d'Al-Qaryatayn, assiégée par les djihadistes en août dernier après des combats intenses opposant Daech aux forces gouvernementales et aux combattants loyalistes, a été libérée début avril par l'armée syrienne, appuyée par les forces aérospatiales russes. La ville a été prise d'assaut sans une seule perte parmi les militaires et les milices syriennes.

Lire aussi:

La presse étrangère découvre Palmyre libérée
Les démineurs russes neutralisent plus de 120 bombes à Palmyre
L'armée syrienne prend le contrôle des hauteurs donnant sur Al-Qaryatayn
Joe Biden se fracture le pied en jouant avec son chien - images
Tags:
faucons, assaut, terrorisme, armée, djihadisme, Etat islamique, Al-Qaryatayn, Homs, Palmyre, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook