International
URL courte
13323
S'abonner

Pas un seul homme politique kurde n’a appelé à la division de la Syrie depuis la fondation du premier parti kurde en 1957, a indiqué le membre du PYD Reizan Hedu.

La plupart des Kurdes syriens plaident en faveur de l'unité du pays et du dialogue national, a annoncé à Sputnik l'homme politique kurde et membre du Parti de l'union démocratique (PYD) Reizan Hedu.

Le 17 mars, la conférence constitutionnelle tenue à Rumeila (province de Haseke) a annoncé l'établissement de la "région fédérale démocratique de Rojava", nom donné par les Kurdes au nord de la Syrie (Kurdistan syrien).

"Le système fédéral" unifie trois "cantons" kurdes, dont Afrine, Kobané et Jaziré. Les Kurdes ont fait valoir que leur projet était fondé sur une base "territoriale" et non "ethnique", avec des représentants de la population arabe et d'autres minorités dans ces zones.

"La plupart des Kurdes se prononcent pour l'unité du territoire syrien, dénoncent le schisme et voient la nécessité d'instaurer un dialogue pour sortir de la crise", a indiqué M. Hedu.

Bachar al-Assad: Interview exclusive accordée à Sputnik
© Sputnik . Service de presse du président syrien
L'homme politique kurde a fait remarquer qu'il n'avait entendu aucun appel à la division du pays depuis la fondation du premier parti kurde en Syrie en 1957. Selon lui, cette idée ne trouve pas de soutien auprès de la population.

Plus tôt, dans une interview à Sputnik, le président syrien Bachar al-Assad a souligné que la plupart des Kurdes souhaitent vivre dans le cadre d'une Syrie unie et d'un pouvoir centralisé au niveau politique, et non fédéral.

Lire aussi:

Les Kurdes libèrent une cinquantaine de femmes et d'enfants yazidis
La Russie livre des armes aux Kurdes irakiens
Damas ne reconnaît pas la région fédérale des Kurdes de Syrie
Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Tags:
crise syrienne, dialogue politique, Parti de l'Union démocratique (PYD) kurde syrien, Reizan Hedu, Kurdistan syrien, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook