Ecoutez Radio Sputnik
    Moscou et Washington détermineront les négociations syriennes

    "Moscou et Washington détermineront les négociations syriennes"

    © REUTERS / Fabrice Coffrini/Pool
    International
    URL courte
    Situation politique en Syrie (2930)
    58518

    Le prochain round des négociations entre le gouvernement et l'opposition syrienne, sous l'égide de l'Onu, débutera à Genève ce 11 avril. Ce round sera-t-il plus fructueux que le précédent tenu le mois dernier? Est-ce que les Kurdes syriens participeront aux prochains pourparlers?

    Les représentants de l'opposition arriveront lundi en Suisse, tandis que la délégation du gouvernement viendra un peu plus tard, juste après les élections législatives en Syrie, prévues pour le 13 avril.

    L'agence Sputnik a interrogé Oktay Aksoy, chef de la Direction des programmes internationaux de l'Institut de politique étrangère et ancien ambassadeur turc en Finlande, en Jordanie et en Suède, sur les prochaines négociations syriennes.

    "De toute évidence, les négociations seront difficiles. Le gouvernement syrien ainsi que l'opposition font preuve de persévérance, ce qui démontre leur réticence à déroger à leurs positions initiales, comme s'ils n'étaient pas intéressés par la réconciliation", a-t-il indiqué.

    Par conséquent, selon lui, la reprise des négociations de Genève est illusoire, alors que l'interférence d'un tiers peut donner un certain élan aux pourparlers car le rôle des acteurs externes est très important dans la crise syrienne.

    Selon M.Aksoy, les Kurdes syriens jouent un rôle important dans le règlement du conflit syrien.

    "Il est évident que les Kurdes doivent prendre part aux débats sur l'avenir de l'Etat syrien. Cependant, il n'est pas évident de savoir de quel côté ils sont. Les Kurdes eux-mêmes disent qu'ils appartiennent à l'opposition. Toutefois, en pratique, ce n'est pas tout à fait vrai", a-t-il précisé.

    L'analyste politique turc estime que les Kurdes exigent une position particulière alors qu'il est très difficile de satisfaire cette demande.

    Comme les pays de la région, qui influencent la situation en Syrie, maintiennent leurs positions et insistent uniquement sur leurs propres approches du règlement de la crise syrienne, Moscou et Washington peuvent jouer un rôle décisif, souligne M.Aksoy.

    "Dans le cadre du règlement syrien, les efforts de la Russie et des Etats-Unis sont très importants. Ce sont leurs efforts, à mon avis, qui seront largement déterminants au cours du prochain round des négociations syriennes", a-t-il conclu.

    Selon les données de l'Onu, le conflit militaire en Syrie, qui a éclaté en mars 2011 et qui voit s'opposer les forces gouvernementales à diverses formations armées, a fait plus de 220.000 morts.

    Dossier:
    Situation politique en Syrie (2930)

    Lire aussi:

    Genève: l’opposition tente de torpiller les négociations sur la Syrie
    Un accord sur la Syrie conclu à Genève
    Les pourparlers sur la Syrie s'ouvrent à Genève... sans l'opposition
    "Ankara fait tout pour priver les Kurdes de siège à la table des négociations"
    Tags:
    négociations inter-syriennes, crise syrienne, Kurdes, ONU, Kurdistan syrien, Genève, Suisse, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik