International
URL courte
31257
S'abonner

Si le dialogue entre l'Alliance et Moscou se poursuit, le secrétaire général est sceptique quant à ses perspectives à court termes.

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg considère comme modeste la possibilité d’une collaboration normale entre l’Alliance et la Russie, annonce le site Defense News.  

Une réunion du Conseil Russie-Otan au niveau des représentants permanents est prévue pour le 20 avril à Bruxelles. La dernière tentative des diplomates de se réunir afin de discuter des problèmes actuels remonte à 2014, après quoi la coopération a été gelée par l'alliance militaire.

"Cette rencontre est la poursuite de notre dialogue politique. Dans le même temps, il ne sera pas question d’un retour à une interaction normale tant que la Russie ne respectera pas le droit international", a déclaré M.Stoltenberg.

Le secrétaire général a en outre indiqué que l’Alliance avait laissé ouverts les canaux de collaboration politique et de communication militaire. 

Selon des sources à l'Otan citées par Defense News, la réunion en question est une tentative de relancer le partenariat entre la Russie et l’Alliance.

L'Europe et les Etats-Unis accusent la Russie d'ingérence dans le conflit ukrainien. Moscou, de son côté, dément ces allégations.    

Auparavant, le ministère russe des Affaires étrangères a confirmé que la réunion du Conseil Russie-Otan au niveau des représentants permanents se tiendrait dans un avenir proche. La rencontre portera sur la crise en Ukraine et sur le renforcement des capacités de l’Alliance à proximité des frontières russes.      

Le conseil Russie-Otan a été formé en 2002. Sa dernière réunion a eu lieu en juin 2014, après quoi le dialogue a été gelé en raison du conflit en Ukraine.   


Lire aussi:

L’Otan accuse la Russie de semer la division dans ses rangs
Russie, Syrie, migrants: des experts français décryptent la propagande de l’Otan
L'Otan se dit vulnérable à l'est face à la Russie
Tags:
coopération militaire, OTAN, Jens Stoltenberg, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook