Ecoutez Radio Sputnik
    Le premier homme sur Mars viendra-t-il d’Ukraine?

    Le premier homme sur Mars viendra-t-il d’Ukraine?

    © NASA.
    International
    URL courte
    17015

    Alors que le monde fête la Journée internationale du vol spatial habité, l'Ukraine affiche ses ambitions: envoyer le premier homme sur Mars. Et, qui sait, devenir prochainement une grande puissance spatiale.

    Sergueï Yakimov est seul participant ukrainien du projet Mars One visant à installer un jour une colonie humaine sur la planète Mars. Selon les médias ukrainiens, l'homme pourrait même déménager prochainement sur la Planète rouge.

    "Je découvrirai quelque chose de nouveau pour moi-même ainsi que pour toute l'humanité. Ces connaissances pousseront les autres à avancer, à voler également vers Mars, à appliquer des efforts afin d'étudier cette planète et y à installer une colonie permanente", a raconté M.Yakimov dans une interview à une chaîne ukrainienne.

    Cependant, pas si facile de devenir le premier Martien, d'après M.Yakimov. Pour cela, il faut être sélectionné parmi 200.000 autres candidats, avoir une santé de fer et savoir répondre à quelques questions simples. L'Ukrainien espère néanmoins de gagner son billet sur le Mars et revenir un jour sur la Terre en tant qu'un vrai pionnier.

    La "Journée de la cosmonautique" est célébrée en Russie le 12 avril, date du premier vol spatial habité effectué en 1961 par le cosmonaute soviétique Youri Gagarine, alors âgé de 27 ans. Gagarine a effectué un vol en orbite autour de la Terre pendant une heure et 48 minutes à bord du vaisseau spatial Vostok 1. 


    Lire aussi:

    Comment le vol de Gagarine a subjugué la presse mondiale
    Premier vol spatial habité: "une date clé de l’histoire de la civilisation"
    Vous me reconnaissez? Parce que la plupart des Européens et des Américains, non! [vidéo]
    L'Iran aurait abattu un drone espion américain sur son territoire
    Tags:
    puissance spatiale, vol, espace, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik