Ecoutez Radio Sputnik
    la société suisse Syngenta

    La Chine engloutit un nouveau morceau du "gâteau suisse"

    © AFP 2019 Fabrice Coffrini
    International
    URL courte
    201916
    S'abonner

    La Chine continue d'absorber des entreprises en Suisse. Le quatrième transporteur aérien d'Asie, la compagnie aérienne Hainan airlines, va racheter pour 1,4 milliard de francs suisses (1,28 milliard d'euros) Gategroup, le spécialiste zurichois des services à bord.

    En février dernier, la Chine a battu, tout juste en Suisse, son record national en termes d'acquisition d'entreprises à l'étranger. China National Chemical Corp a acheté le leader mondial de la production de pesticides Syngenta pour 43 milliards de dollars (37,83 milliards d'euros).

    L'année dernière, le monde des affaires chinois a pulvérisé tous ses records d'activité à l'étranger: 607 acquisitions pour un montant de 112,5 milliards de dollars. L'année en cours est également très prometteuse: rien qu'en janvier, 82 fusions-acquisitions de concurrents ont été annoncées dans différents pays du monde pour un montant total de 73 milliards de dollars.

    Les acquisitions des marques mondiales permettent d'accéder à des marchés autrefois fermés aux hommes d'affaires chinois, ainsi qu'à des technologies et études scientifiques de pointe.

    Ainsi l’entreprise chinoise Haier qui avait racheté le volet électro-ménager au géant General Electric est entrée sur le marché américain et a reçu un accès à la marque GE. L'achat par le groupe d'investissement chinois Fosun international de la société israélienne Ahava, unique producteur officiel de produits de beauté à base des sels de la mer Morte, ouvre à ces produits l'immense marché de la Chine.

    La même chose se produit pour les entreprises suisses.


    Lire aussi:

    Chine: près de 50.000 personnes poursuivies pour corruption en 2015
    Vente d'Alstom à General Electric: l’UE enquête
    La Suisse rejoint la banque AIIB
    Tags:
    fusion, Fosun, General Electric, Suisse, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik