Ecoutez Radio Sputnik
    La statue en cire de Vladimir Poutine dans le musée de la ville serbe Jagodina

    Sauve qui peut! Ce Poutine en cire voit tout et fait trembler

    © AFP 2019 STR
    International
    URL courte
    112737
    S'abonner

    Cette influence russe mystérieuse qui ne laisse pas dormir tranquilles les Occidentaux... Où ont-ils trouvé ses traces maintenant? Bienvenu dans un musée serbe où s'est installé Vladimir Poutine en chair et en os de cire, personne n'échappera à son regard!

    Au bout d'une rue serbe animée, à une heure de Belgrade dans la ville de Jagodina, un petit musée de cire a travaillé jour et nuit pendant deux mois pour présenter une statue d'hommage à Vladimir Poutine, qui reste un partenaire politique fort de la Serbie.

    La statue avoisine le drapeau du parti communiste de Yougoslavie et des célébrités serbes comme l'ancien président yougoslave Slobodan Milosevic, l'ancien premier ministre serbe Zoran Djindjic, ainsi que des athlètes serbes illustres, notamment le meilleur joueur mondial de tennis Novak Djokovic et l'ex-joueur de la NBA Vlade Divac.

    Sputnik a fait des pieds et des mains pour retrouver une photo du musée, et n'y est pas parvenu. Mais ironiquement cette statue en cire ne cesse pas de hanter l'Occident. Et non, vous n'avez pas raison, mesdames et messieurs, si vous croyez que c'est une simple sculpture de cire! C'est encore un signe, comme on en a déjà retrouvé beaucoup, de l'influence omnipénétrante, rampante russe tout près des frontières européennes. M. Poutine a déjà été accusé de péchés innombrables mais le reproche le plus populaire reste le même: Poutine a des bras si longs qu'ils orchestrent tout et partout.

    Comme on le dit parfois, quand tout le monde s'endort, la mafia se réveille! A lire les médias occidentaux, il s'avère que quand le monde sans défense dort, le président russe s'acharne à tisser un réseau d'influence auquel personne n'échappera.

    Mais que disent les Serbes à propos de cette statue qui fait jaser?

    "Plus de 75% des Serbes éprouvent du respect envers la Russie et Poutine, c'est pourquoi nous avons décidé de créer un Poutine en cire, la première personnalité étrangère du musée", a déclaré l'ancien maire de Jagodina et président de l'assemblée de la ville Dragan Markovic.

    Le ministre serbe des Affaires étrangères Ivica Dacic qui a assisté à la cérémonie d'inauguration de l'exposition a fait remarquer que la statue de cire de M. Poutine "était la meilleure pièce d'art dans le musée", car elle ressemble beaucoup à l'original, et a d'ailleurs souligné que ce dernier restait un "partenaire politique forte" de la Serbie.

    Mais une telle démarche a créé un terrain plus que favorable pour les spéculations occidentales. Deux décennies après l'effondrement du communisme, la Russie fait la cour aux pays qui étaient jadis sous son contrôle comme la Hongrie, la Tchéquie et la Slovaquie, met en garde Bloomberg. Aïe, la Russie est de nouveau en chasse!

    Sous quelle aile faut-il donc chercher à se réfugier? Visiblement, au sein de l'Otan et de l'Europe. Mais curieusement, ce point de vue n'est pas partagé par les Serbes. Seulement 11% des citoyens sont en faveur de l'adhésion du pays à l'Union européenne et à l'Alliance atlantique, qui a bombardé deux fois la Serbie dans les années 1990, d'après un récent sondage de la chaîne serbe B92 TV.

    Oui, le premier ministre serbe Aleksandar Vucic se prononce pour l'adhésion à l'UE, mais il est bien possible qu'il change de rhétorique en voyant les opinions pro-russes qui circulent dans la société serbe. La société qui ne voit en effet rien de terrifiant ni dans la personnalité de Poutine, ni dans sa copie en cire.

    Lire aussi:

    Les USA traquent les agents du Kremlin en Europe
    Staline-Poutine, ou la manipulation des téléspectateurs par France 2
    Et si la Russie était derrière la fuite des Panama Papers?
    Tags:
    musée, statue, propagande, OTAN, Union européenne (UE), Ivica Dacic, Aleksandar Vucic, Vladimir Poutine, Serbie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik