International
URL courte
Affaire Böhmermann (28)
21316
S'abonner

La police de Cologne confirme avoir mis sous protection le présentateur allemand de télévision Jan Bohmermann qui avait récité, sur l'une des plus grandes chaînes allemandes ZDF, un poème très critique à l'égard du président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Nous ne pouvons pas donner des détails en tenant compte de considérations professionnelles, mais c'est vrai, sa maison est gardée par une voiture de police. Maintenant, nous évaluons complètement la situation étant en contact avec les services secrets", a indiqué le porte-parole de la police de Cologne Chrtistoph Gilles.

M.Gilles a toutefois refusé de commenter les informations des médias sur les menaces visant le journaliste.

Le présentateur de télévision et comédien Jan Böhmermann avait auparavant lu le 1er avril sur la chaîne publique allemande ZDF un poème satirique accusant le président turc de représailles contre les Kurdes et les chrétiens, ainsi que de chercher à fermer les journaux d'opposition.

M.Böhmermann traitait notamment le numéro un turc de "pervers, pouilleux et zoophile".

Selon le parquet allemand, le président Erdogan a intenté une action en justice via une société juridique contre l'humoriste allemand.

Cependant, le parquet doit décider si ce poème relève simplement de la satire, ou s'il constitue une infraction pénale selon l'article 103 qui prévoit des peines allant jusqu'à trois ans d'emprisonnement pour toute insulte à un chef d'Etat étranger.

Dossier:
Affaire Böhmermann (28)

Lire aussi:

Un présentateur de TV allemand risque 3 ans de prison pour un poème sur Erdogan
Quand Erdogan tente de censurer la télévision... allemande
Les diplomates allemands répondent aux critiques d'Erdogan
"Plutôt que de condamner Erdogan à La Haye, Bruxelles l'accueille chaleureusement"
Ankara: Berlin devra se justifier pour une vidéo ridiculisant Erdogan
Tags:
plainte, protection, ZDF (chaîne de télévision allemande), Recep Tayyip Erdogan, Jan Böhmermann, Turquie, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook