Ecoutez Radio Sputnik
    un journal

    Turquie: la liberté de la presse doit être respectée

    © Flickr/ guasteví
    International
    URL courte
    10140
    S'abonner

    Le libre usage par le journalistes du devoir professionnel est indispensable pour tenir la société au courant de tout ce qui se passe autour, selon un expert turc.

    Il est important de respecter la liberté de la presse et d'expression, a déclaré le politilogue turc Tekin Okay, commentant la décision de la Direction turque des télécommunication de bloquer le site de Sputnik dans une interview accordée à l'agence.

    "Dans tous les Etats démocratiques, la liberté de la presse est une partie fondamentale et inaliénable des droits et des libertés de l'homme. Là où la liberté de la presse est présente, les autres droits et libertés de l'homme sont présents aussi. A l'inverse, là où la liberté de la presse est bafouée, ce n'est pas la peine d'attendre le respect des autres droits de la population", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    L'expert a souligné qu'il existait deux facettes de la liberté de la presse.

    "La première facette concerne le droit des journalistes d'éclairer les événements, les thèmes et les situations qui intéressent l'opinion publique. Il est inadmissible de condamner les journalistes, de les obliger à dévoiler leurs sources d'information et de faire pression sur les représentants des médias pour avoir usé de ce droit. En outre, le libre usage par le journalistes du devoir professionnel est indispensable pour tenir la société au courant de tout ce qui se passe autour. Car être informé de la situation dans le domaine public, et de son fonctionnement, est un droit naturel des citoyens", a souligné le politologue.

    Selon lui, la deuxième facette de la liberté de la presse concerne le droit des médias de commenter les événements dans le pays.

    "Les observateurs des médias écrits, les journalistes doivent avoir le droit de commenter librement les événements et les faits, s'agissant en premier lieu de l'activité des organismes et des structures d'Etat, usant de leurs propres opinions et de l'expérience professionnelle accumulée", a conclu l'expert.

    Lire aussi:

    La Turquie ressemble de plus en plus à une monarchie du Golfe
    En Turquie, des internautes emprisonnés pour insultes contre Erdogan
    "La Turquie, centre d'attraction pour des milliers de fanatiques"
    Tags:
    fermeture, Direction turque des télécommunications (TIB), Sputnik, Tekin Okay, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik