Ecoutez Radio Sputnik
    Yalta

    "L'UE mène une politique de deux poids, deux mesures" à l’égard de la Russie

    © Sputnik . Konstantin Chalabov
    International
    URL courte
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)
    27540

    "La Crimée et la Russie font partie de l'histoire européenne et on ne peut pas les séparer", a déclaré le député du parlement vénitien Stefano Valdegamberi lors du Forum économique de Yalta. Ce Forum réunit des hommes politiques russes et européens réunis pour discuter notamment de la levée des sanctions antirusses.

    Le printemps en Crimée
    © Sputnik . Sergei Malgavko
    "Membre de l'Union européenne, je dénonce son rejet du référendum en Crimée. Cette situation est un grand problème car le peuple italien ainsi que des entreprises se prononcent contre elle parce que notre économie est étroitement liée à l'économie des pays de l'Est. A cause de cette situation, des industries ainsi que des banques italiennes ont subi des pertes. C'est absurde", a déclaré M.Valdegamberi.

    Le député européen Marcus Pretzell partage l'opinion de son homologue italien. "Les Etats-Unis ont pressé le gouvernement allemand afin qu'il impose des sanctions contre la Russie. Mais qu'est-ce qui s'est passé en réalité?"

    "Quand nous avons infligé des sanctions contre la Russie, les Américains, notamment des hommes d'affaires, ont élargi leur coopération avec elle. Ils continuent de développer leurs entreprises en Russie tandis que nous rejetons ce pays. Je dois reconnaître que c'était très sage de la part des Etats-Unis mais très bizarre de la part de l'Union européenne et notamment de l'Allemagne", a fait remarquer M.Pretzell.

    "En effet, nous continuons toujours d'acheter du gaz et du pétrole à la Russie. Et comment cela peut-il aller de paire avec les sanctions? Ce n'est que deux poids, deux mesures. Et nous en verrons les conséquences cette été", a-t-il souligné.

    Dans le même temps, les hommes d'affaires occidentaux montrent un grand intérêt pour le Forum à Yalta. Selon le député autrichien Axel Kassegger, cela s'explique par le fait que les entrepreneurs commencent à réfléchir sur ce qui les attend après la levée des sanctions. "Le dialogue respectueux qu'ils envisagent de lancer ici doit servir de base pour la coopération à l'avenir", a-t-il fait remarquer.

    Le Deuxième Forum de Yalta se tient du 14 au 16 avril à l'hôtel Mria Resort à la participation d'un millier de représentants de 25 Etats, dont des Etats de l'Union européenne ainsi que de la Malaisie, du Japon, de l'Arménie, de la Biélorussie, du Kirghizstan et du Nicaragua.

    Les relations entre la Russie et l'Occident se sont gravement détériorées depuis la crise ukrainienne. Fin juin 2014, l'Union européenne et les Etats-Unis sont passés de sanctions ponctuelles contre des personnes physiques et des sociétés particulières russes à des mesures visant des secteurs entiers de l'économie russe.

    En riposte, la Russie a limité ses importations depuis les pays qui ont imposé ces sanctions. Suite à la prolongation des sanctions antirusses, en juin 2015, Moscou a prorogé d'un an l'embargo sur les exportations européennes de produits alimentaires.

    Dossier:
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)

    Lire aussi:

    UBS: sanctions antirusses et perspective de Brexit affectent le marché
    Vers une levée des sanctions antirusses d'ici 2018?
    Vienne: les sanctions antirusses de l'UE ne bénéficient à personne
    Levée des sanctions antirusses: un vote positif attendu au Sénat français
    Tags:
    sanctions antirusses, Forum économique de Yalta 2016, Union européenne (UE), Yalta, Crimée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik