Ecoutez Radio Sputnik
    système de missiles sol-air S-300

    Iran: des S-300 russes au défilé du Jour de l'armée nationale

    © Sputnik . Uriy Shipilov
    International
    URL courte
    11711

    Les médias iraniens ont publié des images du défilé militaire à l'occasion du Jour de l'armée nationale où les missiles S-300 livrés par la Russie étaient présentés pour la première fois au grand public.

    Les médias iraniens ont annoncé que les autorités du pays avaient montré les missiles S-300 livrés par la Russie lors du défilé militaire organisé à l'occasion du Jour de l'armée nationale.

    Des images des véhicules équipés de missiles sol-air S-300 ont été publiées par les agences Mehr et Tasnim. Selon l'agence Mehr, ces armes étaient présentées au grand public pour la première fois.

    Le défilé du Jour de l'armée nationale iranienne (le 18 avril) s'est déroulé en présence du président du pays Hassan Rohani qui a lancé les festivités.

    La Russie et l’Iran ont conclu un contrat de livraison des systèmes S-300 en 2007. Suite à l’adoption de la résolution 1929 du Conseil de sécurité de l’Onu, mettant en place des sanctions contre l’Iran, l’exécution du contrat a été suspendue par Moscou. En conséquence, l’Iran a attaqué la Russie devant la Cour internationale d’arbitrage à Genève.

    Le 14 juillet dernier, l'Iran et les Six sont parvenus à un accord historique sur le règlement du problème nucléaire. Des négociations des plus compliquées ont abouti à l'adoption d'une feuille de route dont l'application permettra de lever les sanctions économiques et financières imposées contre l'Iran par l'Onu, les Etats-Unis et l'Union européenne.

    En avril 2015, le président russe Vladimir Poutine a signé un décret levant l'interdiction de livrer les systèmes S-300 à l'Iran.

    Lire aussi:

    Les systèmes antiaériens russes S-300 livrés à l’Iran
    Washington ne saura empêcher la Russie de livrer des S-300 à l'Iran
    Les clients étrangers s’arrachent les S-300
    Tags:
    missiles air-sol, S-300, Hassan Rohani, Iran, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik