Ecoutez Radio Sputnik
    Les pourparlers de Genève sur la Syrie, le 29 janvier 2016

    Ankara pourrait saborder les négociations de Genève à cause des Kurdes

    © Flickr/ UN Geneva
    International
    URL courte
    2026

    Il est pour le moment impossible de résoudre le problème de la participation des Kurdes, selon l'ambassadeur russe en Syrie.

    La Turquie est capable de faire échouer les négociations sur la Syrie dans le cas d'une participation des représentant kurdes du Parti de l'union démocratique du Kurdistan (PYD), a déclaré l'ambassadeur russe en Syrie Alexandre Kinshchak.

    "Appelons les choses par leur nom, il s'agit d'un veto turc à l'invitation de Salih Muslim (le dirigeant du PYD — ndlr) et de ses partisans politiques à Genève", a-t-il déclaré.

    Le diplomate a également fait remarquer qu'il était impossible pour le moment de résoudre le problème de la participation des Kurdes aux négociations.

    Une source proche des négociations a déclaré que cinq représentants du Haut comité pour les négociations de l'opposition en Syrie, trois représentants du groupe "Moscou — le Caire — Astana" et un représentant du groupe Hmeimim pourraient former la délégation.

    Selon la source, après le prochain tour des négociations, le représentant spécial de l'Onu pour la Syrie Staffan de Mistura doit nommer 15 représentants de l'opposition qui créeront une délégation de pour le tour suivant des négociations.

    Les négociations intersyriennes ont été reprises à Genève le 14 mars. Elles ont duré deux semaines en l'absence des Kurdes. Il n'y a pas eu de négociations directes entre les délégations du gouvernement et de l'opposition.

    Selon le président du parlement syrien Mohammad Jihad al-Laham, Ankara fait tout pour que les Kurdes ne participent pas aux négociations de Genève qui ont repris le 14 mars avec la participation de la délégation syrienne.

    "La Turquie fait tout pour détourner les Kurdes de la participation aux négociations de Genève. Quand nous parlons de la Turquie, nous parlons d'Erdogan, qui a écrasé par son poids le gouvernement du pays ainsi que son parlement en contournant toutes les lois", a déclaré M.al-Laham.

    Lire aussi:

    "Moscou et Washington détermineront les négociations syriennes"
    "Ankara fait tout pour priver les Kurdes de siège à la table des négociations"
    Syrie: la déclaration russe bloquée au Conseil de sécurité de l'Onu
    Erdogan: le problème kurde ne peut pas être résolu pacifiquement
    Tags:
    négociations inter-syriennes, Parti de l'Union démocratique (PYD) kurde syrien, Salih Muslim, Genève, Syrie, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik