International
URL courte
Séisme en Equateur (2016) (8)
407
S'abonner

Le séisme qui a frappé samedi l'Equateur est le plus puissant depuis 1979.

Le nombre des personnes tuées dans le tremblement de terre du 16 avril en Equateur a atteint 235 personnes, a annoncé dimanche le vice-président du pays Jorge Glas, qui s'est rendu dans la zone sinistrée.

Le séisme a également fait près de 1.600 blessés, a rapporté la chaîne de télévision Univision citant le vice-ministre équatorien de la Gestion des risques Ricardo Penaherrera.

​Le bilan précédent annoncé quelques heures plus tôt par le président du pays Rafael Correa faisait état de 233 morts.

​​Les autorités ont dépêché plus de 10.000 militaires et 500 sapeurs-pompiers dans les régions touchées par le tremblement de terre. Cinq camps d'accueil provisoire hébergent les personnes évacuées.

​​Selon la Croix Rouge, 1.200 volontaires sont arrivés dans la région affectée par le séisme.

Le séisme de magnitude 7,8 sur l'échelle de Richter a secoué samedi, à 23h58 UTC (22h58 heure de Paris), la côte pacifique de l'Equateur. Son épicentre a été localisé à 28 kilomètres au sud-est de Muisne, dans la province de Manabi (sud-ouest). Le foyer du séisme se trouvait à 20,2 km de profondeur. 

​Les secousses telluriques ont provoqué des dégâts importants. La capitale du pays, Quito, a été privée d'électricité, mais l'approvisionnement en énergie a pu être rétabli. Selon la compagnie pétrolière équatorienne Petroecuador Esmeraldas, le fonctionnement des oléoducs et raffineries de pétrole a été suspendu par précaution. Les autorités ont décrété l'état d'urgence sur l'ensemble du territoire équatorien.

Dossier:
Séisme en Equateur (2016) (8)

Lire aussi:

Le bilan du séisme en Equateur s'alourdit à 233 morts
Violent séisme en Equateur: au moins 77 morts, près de 600 blessés
L’explosion sur le site nucléaire iranien a été organisée par Israël, affirment le renseignement US et l’Iran
Drogues, prostitution, politique: l’ordinateur de Hunter Biden, une boîte de Pandore?
Tags:
morts, blessés, militaires, séisme, victimes, Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Ricardo Penaherrera, Jorge Glas, Equateur
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook