Ecoutez Radio Sputnik
    Secrétaire américain à la Défense Ashton Carter

    Le chef du Pentagone en Irak pour renforcer la lutte antidjihadiste

    © REUTERS/ Carlos Barria
    International
    URL courte
    13017

    Le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter est arrivé lundi à Bagdad pour préparer un renforcement de l'aide militaire américaine aux troupes irakiennes engagées contre le groupe Etat islamique (EI).

    Les préparatifs pour la reconquête de Mossoul (nord), la deuxième ville d'Irak, sont au cœur de cette visite non annoncée au cours de laquelle M. Carter doit s'entretenir avec le Premier ministre irakien Haider al-Abadi et le ministre irakien de la Défense Khaled al-Obaidi.

    "Le combat pour Mossoul sera crucial (…) et nous allons devoir être plus agressifs" pour aider les forces irakiennes, a prévenu un responsable américain de la Défense.

    Washington, qui dirige une coalition internationale frappant les djihadistes de l'EI en Irak et en Syrie, ont pour l'instant déployé officiellement 3.870 soldats en Irak. Ces militaires ne participent pas directement aux combats mais entraînent et conseillent les forces irakiennes.

    Avant de décider d'un engagement accru américain, qui comportera des "risques", le président américain Barack Obama veut être parfaitement en accord avec le Premier ministre irakien, a expliqué le responsable américain.

    Pour soutenir les forces irakiennes à reprendre Mossoul et sa région dans le nord du pays, le Pentagone examine l'envoi de moyens logistiques et d'éléments du Génie pour aider au franchissement des rivières.

    Il envisage aussi des moyens de combat direct comme une intervention d'hélicoptères d'attaque américains Apache, déjà proposés pour l'offensive contre Ramadi mais non utilisés par les Irakiens, ou de canons américains, comme ceux de 155 mm qui ont commencé à tirer sur l'EI pour appuyer l'armée irakiennes près de Makhmur.

    "Pour aider au succès d'une grande bataille, vous pouvez avoir besoin de plus que de troupes du Génie" construisant les ponts, a expliqué le responsable américain.

    Mais l'augmentation du contingent américain restera faible et son rôle continuera d'être avant tout d'aider les troupes irakiennes, et non de mener les combats, a précisé cette source.

    Plus d'un an et demi après les premières frappes contre l'EI, l'administration américaine est de plus en plus optimiste sur le succès de la campagne antidjihadistes, informe l'AFP.

    "Aujourd'hui, sur le terrain, en Syrie et en Irak, l'EI est sur la défensive et nous sommes à l'offensive", a récemment déclaré M. Obama.

    Après Bagdad, M. Carter sera à Abou Dhabi mardi puis Ryad mercredi et jeudi pour évoquer notamment la reconstruction économique et politique de l'Irak avec les dirigeants des pays du Golfe. Et les Etats-Unis demanderont aussi aux pays du Golfe de contribuer à financer la reconstruction de l'Irak, dont l'économie est fortement affectée par la baisse des prix du pétrole.

    M. Carter participera avec M. Obama jeudi à Ryad à un sommet des dirigeants du Conseil de coopération du Golfe.

    Lire aussi:

    Les USA cesseront leur aide si l'Irak demande soutien à la Russie
    Irak: livraison de quatre F-16 américains
    Obama envoie 450 conseillers militaires de plus en Irak
    Les commandos américains parmi les rebelles syriens
    Tags:
    lutte antiterroriste, visite, Pentagone, Khaled al-Obeidi, Haïder al-Abadi, Ashton Carter, Barack Obama, Mossoul, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik