Ecoutez Radio Sputnik
    militaires en rébellion

    Ethiopie: 208 morts après le raid d'une tribu sud-soudanaise

    © East News. AP/FOTOLINK
    International
    URL courte
    51551310

    Il y a déjà eu des enlèvements d'enfants et des vols de bétail à Gambella par des raids traversant la frontière éthiopienne, mais l'attaque de vendredi était massive, selon le premier ministre éthiopien.

    Le raid mené vendredi par une tribu sud-soudanaise dans le sud-ouest de l'Éthiopie a fait au moins 208 morts, tandis que 102 enfants ont été kidnappés, a annoncé le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, dans une allocution sur la télévision d'Etat EBC diffusée dimanche soir.

    "Les atrocités commises par des hommes armés de la tribu Murle venus du Soudan du Sud ont coûté la vie à 208 femmes et enfants. Ils ont aussi kidnappé 102 enfants", a indiqué le chef du gouvernement éthiopien.

    Le raid, qualifié de "massacre de Gambella", a suscité une vague d'indignation dans les médias éthiopiens et renforce les craintes d'un débordement sur le territoire éthiopien de la guerre civile déclenchée en décembre 2013 au Soudan du Sud.

    "Il y a déjà eu des enlèvements d'enfants et des vols de bétail à Gambella par des raids traversant la frontière éthiopienne, mais l'attaque de vendredi était massive", a précisé le premier ministre éthiopien.

    La région de Gambella, située à 50 km de la frontière sud-soudanaise, abrite des citoyens éthiopiens d'ethnie nuer — une des deux principales ethnies au Soudan du Sud avec les Dinka —, mais aussi 272.000 réfugiés sud-soudanais qui ont fui la guerre civile déclenchée en décembre 2013 dans leur pays.

    Les violences intertribales sont fréquentes dans les régions alentours, où Murle — essentiellement basés dans l'Etat oriental du Jonglei au Soudan du Sud — et Nuer se livrent à des raids en vue de voler du bétail.

    Lire aussi:

    Soudan du Sud: 70% de la population risque l'insécurité alimentaire (ONU)
    Soudan du Sud: plus de 300.000 civils sans assistance selon l'Onu
    Tags:
    raid, victimes, Hailemariam Desalegn, Ethiopie, Soudan du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik