International
URL courte
Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (296)
23442
S'abonner

Avec la fin de la guerre froide, l'Otan a perdu sa raison d'être, estime George Friedman, un des fondateurs de Stratfor, société privée américaine opérant dans les domaines de l'analyse politique et du renseignement.

Dans un article écrit pour le magazine en ligne Business Insider, George Friedman estime que l'Alliance atlantique n'est plus d'actualité.

Selon l'analyste, si l'existence de l'Otan est un "anachronisme", c'est en premier lieu parce que cette organisation n'assume plus les fonctions pour lesquelles elle a été créée.

"Si les Etats post-communistes d'Europe de l'Est ont cherché à adhérer à l'OTAN, ce n'est pas tant pour être défendus, mais pour se faire européaniser", affirme George Friedman.

"L'adhésion à l'UE et à l'Otan était censée transformer les anciens satellites soviétiques en pays occidentaux", souligne l'analyste. Mais l'Otan étant une alliance militaire, l'intégration de nouveaux pays n'était pas son objectif principal.

"Défendre ces pays et le reste de l'Europe, telle est la fonction de l'Alliance, mais cette fonction s'atrophie au fur et à mesure que la menace de guerre s'éloigne", affirme George Friedman. Selon lui, la principale mission de l'Otan "s'est émiettée avec la chute de l'Union soviétique et la signature du traité de Maastricht qui a donné naissance à l'Union européenne".

L'expert estime que les Etats-Unis n'ont plus l'intention de jouer le rôle dirigeant au sein de l'Alliance, tandis que l'Europe se révèle incapable d'assumer ce rôle, "car elle n'a ni troupes, ni matériel, et surtout pas de motivation pour le faire".

Dossier:
Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (296)

Lire aussi:

L'Otan prône une refonte du cadre de sécurité en Europe
L'Otan veut être plus présente en Europe de l'Est
L'Otan appelle l'Europe à investir davantage dans la défense
Les bars ne rouvriront pas avant le 1er février, selon Europe 1
Tags:
anachronisme, intégration, défense, Stratfor, OTAN, Union européenne (UE), George Friedman, Europe de l'Est, Europe, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook