International
URL courte
781926
S'abonner

Certaines déclarations des dirigeants de l'Otan concernant la Russie frôlent l'absurdité, estime le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov.

"Aujourd'hui ils disent que la Russie se trouve aux portes de l'Otan, comme si nous nous étions approchés de l'Otan, alors que c'est l'Otan qui s'approche de nous", a indiqué M.Antonov dans une interview accordée à la chaîne de télévision RT.

Selon lui, de telles accusations s'inscrivent dans le cadre d'une "guerre de l'information" menée par l'Alliance contre Moscou.

M.Antonov a déploré le fait que l'expérience positive accumulée pendant la coopération entre la Russie et les pays de l'Otan, notamment dans le domaine de la lutte antiterroriste, a été "rejetée et oubliée".

Conseil Russie-Otan
© AP Photo / Yves Herman
Le vice-ministre a de nouveau attiré l'attention sur le renforcement du potentiel militaire de l'Alliance le long des frontières occidentales russes, qui alimente selon lui les tensions entre l'Otan et Moscou.

"Nous sommes au courant de ces démarches, et nous entreprenons des mesures militaro-techniques adéquates. Mais je souhaite souligner que nous sommes opposés à la course aux armements, en dépit des efforts déployés par certains en vue de nous l'imposer", a déclaré le responsable russe.

Le 20 avril à Bruxelles se tiendra un sommet Russie-Otan au niveau des ambassadeurs, une première depuis deux ans. Dans le même temps, le secrétaire général de l'Alliance atlantique Jens Stoltenberg a récemment jugé peu probable le rétablissement de la coopération habituelle avec Moscou, suspendue en raison de la crise ukrainienne.

Lire aussi:

L'Otan préoccupée par l'évolution des sous-marins russes
Pour Donald Trump, l'Otan est un vestige du passé
Pour l’Otan, pas de retour à la normale en vue dans les relations avec Moscou
L'Otan ne veut pas d'une nouvelle "guerre froide" avec Moscou
Tags:
coopération, présence militaire, tensions, crise en Ukraine, frontière, sommet, ministère russe de la Défense, OTAN, Anatoli Antonov, Jens Stoltenberg, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook