Ecoutez Radio Sputnik
    Echec des négociations à Doha: le rôle d’un prince saoudien dévoilé

    Echec des négociations à Doha: le rôle d'un prince saoudien dévoilé

    © AFP 2019 Alain Jocard
    International
    URL courte
    45348
    S'abonner

    Le vice-prince héritier de l'Arabie saoudite Mohammed ben Salman Al Saoud a fait pression sur la délégation du royaume lors des pourparlers à Doha sur le gel de la production de pétrole, ce qui a conduit à leur échec.

    Le vice-prince héritier et fils préféré du roi Mohammed ben Salman, qui supervise l'économie saoudienne, a appelé, à trois heures du matin le 17 avril, la délégation saoudienne et a exigé qu'elle revienne au royaume, rapporte le Financial Times citant des sources bien informées. Bien que les Saoudiens soient restés, les négociations ont été perturbées.

    Selon le journal, les délégués des autres pays étaient confiants même dimanche matin sur le fait que le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Naimi allait soutenir l'accord du premier exportateur de pétrole du monde de geler sa production. Mais lundi, il est devenu évident que la délégation saoudienne n'avait aucune autorité.

    "Presque tout le monde avait le sentiment que l'accord passerait pendant une heure", a confié au Financial Times l'un des participants aux pourparlers.

    Quoique même les alliés des Saoudiens, tels que le Koweït et le Qatar, aient déclaré dimanche matin que la conclusion de l'accord était possible, la délégation saoudienne s'est mise à insister sur le fait qu'elle n'accepterait le gèle qu'avec la participation de l'Iran, et les négociations ont pris fin sans aboutir à un quelconque résultat.

    Mohammed ben Salman Al Saoud, 30 ans, a été nommé vice-prince héritier en avril 2015, quand son père est devenu roi. Il est deuxième vice-premier ministre, ministre de la Défense et chef de la Cour royale, de plus il supervise les questions économiques. Il commande aussi la lutte de l'armée saoudienne contre les rebelles au Yémen, rappelle le journal.

    Après son arrivée au pouvoir, la politique énergétique du royaume est devenue moins dépendante des prix du pétrole que de la géopolitique, en particulier de la rivalité régionale avec Téhéran. Selon le Financial Times, l'Arabie saoudite utilise le pétrole comme une arme dans sa rivalité avec l'Iran, qui veut rétablir sa production au niveau précédent les sanctions et retourner sur les marchés perdus.

    "C'est une politique pure", affirme l'une des sources au sein des négociations, qui ne représente pas les pays du Golfe, en notant que les Saoudiens étaient prêts à tout samedi, alors que dimanche, leur position était inversée.

    Ainsi, il y a des craintes que le prince Mohammed tente d'élever la part saoudienne du marché pétrolier à un nouveau niveau. L'un des principaux résultats des négociations de Doha est que le régime saoudien est devenu totalement imprévisible", estime le journal.

    En outre, le Wall Street Journal souligne que l'Arabie saoudite n'avance aucune explication sur le resserrement soudain de sa position dans les négociations. La réunion de Doha a eu lieu quelques jours avant la visite à Riyad du président américain Barack Obama, qui rencontrera le roi Salman mercredi.

    Lire aussi:

    Le Koweït a réduit sa production de pétrole de 60%
    Doha: un projet d'accord sur un gel des niveaux de production de pétrole
    Président vénézuélien: "les USA nous livrent une guerre économique"
    L'Arabie saoudite peut augmenter sa production journalière de 1 md de barils
    L'Iran vendra le pétrole moins cher que l'Arabie saoudite
    Tags:
    Mohammed ben Salmane Al-Saoud, accord, pétrole, Wall Street Journal, Financial Times, OPEP, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, Doha, Koweït, Iran, Qatar, États-Unis, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik