International
URL courte
L'Etat islamique (2014) (1131)
34136
S'abonner

Les chefs de sécurité de l'Otan et de l'UE redoutent de nouvelles attaques contre l'Europe et le Royaume-Uni, y compris avec des armes biologique et nucléaire.

Le groupe terroriste Etat islamique pourrait se diviser en deux parties dont l'une essaierait de garder le contrôle des territoires en Syrie et en Irak, tandis que l'autre s'occuperait de créer de nouvelles cellules en Europe en vue de perpétrer de nouvelles attaques, a déclaré Jamie Shea, secrétaire général adjoint de l'alliance délégué aux défis de sécurité émergents.

Lors d'un discours à Londres dans le cadre de la Security and Counter Terror Expo, il a ajouté que l'organisation disposait "d'informations justifiée" selon lesquelles les terroristes essayaient d'obtenir des substances chimiques nécessaires pour leurs attentats.

Selon lui, la situation "pourrait s'aggraver plutôt que s'améliorer", rapporte le Telegraph.

Jorge Berto Silva, responsable du comité antiterroriste de la Commission européenne, a pour sa part confirmé les informations, relayées précédemment, selon lesquelles les djihadistes de Daech pourraient essayer de perpétrer des attentats nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques (NRBC) et étaient en train de chercher des matériaux nécessaires à cette fin.

Les spécialistes techniques de Daech cherchent également de nouveaux moyens d'échapper aux mesures de sécurité en développant des attaques d’un type nouveau, par exemple, en utilisant des bombes implantées dans le corps humain.


Dossier:
L'Etat islamique (2014) (1131)

Lire aussi:

Syrie: la voie de ravitaillement de Daech coupée près de Raqqa
Deux chauffeurs du Parlement européen soupçonnés de liens avec Daech
Un recruteur de Daech interpellé à Moscou
Lutte anti-Daech: le Pentagone va déployer des avions embarqués en Turquie
Tags:
terrorisme, Etat islamique, Jorge Berto Silva, Jamie Shea, Royaume-Uni, Europe, Syrie, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook