Ecoutez Radio Sputnik
    Haut-Karabakh: l'influence positive de Moscou saluée

    Haut-Karabakh: l'influence positive de Moscou saluée

    © REUTERS / Staff
    International
    URL courte
    Conflit du Haut-Karabakh (167)
    17341

    Le Financial Times salue l'efficacité et la rapidité de la Russie dans le règlement de la crise dans le Haut-Karabakh. Le journal britannique souligne que la Russie en a profité pour renforcer ses positions dans la région.

    Les efforts de rétablissement de la paix entrepris par la Russie afin de régler la crise dans le Haut-Karabakh renforcent l'influence de ce pays dans la région, lit-on dans le Financial Times.

    Alors que le cessez-le-feu dans le Haut-Karabakh avait été violé et que le conflit était sur le point de dégénérer en guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, le président russe Vladimir Poutine a réussi à calmer le jeu en contribuant à la conclusion d'un nouveau cessez-le-feu, explique le quotidien britannique. 

    Le journal a particulièrement apprécié la rapidité avec laquelle la Russie a obtenu le cessez-le-feu: l'accord a été signé quelques jours après le début de la crise. Quelques jours plus tard encore, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev et le ministre des Affaires étrangère Sergueï Lavrov se rendaient à Erevan et Bakou, capitales de l'Arménie et l'Azerbaïdjan, afin de jouer les bons offices dans la crise du Haut-Karabakh.

    Les efforts diplomatiques actifs de Moscou ont fait passer au second plan le travail du groupe de Minsk de l'OSCE, indique le FT. L'ambassadeur d'Azerbaïdjan à Londres Taïr Taguizadé s'est d'ailleurs déclaré étonné par la lenteur avec laquelle le groupe de Minsk avait organisé sa réunion. De surcroît, il a critiqué l'organisation pour le manque d'attention qu'elle prêtait au conflit en cours.     

    Les États-Unis n'entreprennent pas non plus d'efforts considérables afin de régler la situation, constate le Financial Times. Selon une source américaine haut placée, les satellites de reconnaissance ne suivent même pas l'évolution de la situation dans la région du Haut-Karabakh, car ils sont tournés vers l'Ukraine et la Syrie.

    Auparavant, le porte-parole de l'administration du président azerbaïdjanais Ali Gassanov a déclaré que les négociations sur le règlement de crise dans le Haut Karabakh s'intensifieraient dans un avenir proche.


    Dossier:
    Conflit du Haut-Karabakh (167)

    Lire aussi:

    Haut-Karabakh: les satellites russes suivent le mouvement des troupes
    Haut-Karabakh: le "facteur turc" pas exclu, selon Medvedev
    Haut-Karabakh: les tirs continuent
    Haut-Karabakh: Moscou veut de la diplomatie, pas du militaire
    Tags:
    diplomatie, efforts, règlement, OSCE, Sergueï Lavrov, Dmitri Medvedev, Vladimir Poutine, Haut-Karabakh, Azerbaïdjan, Arménie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik