International
URL courte
8125
S'abonner

Berlin a réclamé aujourd'hui mercredi l’arrêt temporaire des réacteurs de Doel 3 en Flandre et de Tihange 2 en Wallonie dont la sûreté a été mise en doute.

Selon Reuters, la ministre allemande de l'Environnement Barbara Hendricks a appelé le gouvernement de Belgique à arrêter temporairement l'exploitation du réacteur 3 de la centrale nucléaire de Doel, situé dans le nord du pays près des Pays-Bas, et du réacteur 2 de la centrale de Tihange dans l'est, non loin de la frontière allemande. 

Auparavant, des preuves du caractère sûr des réacteurs de ces deux centrales nucléaires belges ont été demandées par les Pays-Bas et le Luxembourg. Les pays voisins de la Belgique sont préoccupés par plusieurs incidents techniques sur les centrales belges ayant provoqué des arrêts automatiques, ainsi que par des fissures sur les parois des cuves de certaines d'entre elles. 

Précédemment, le gouvernement du pays et l'opérateur des centrales nucléaires belges Electrabel avaient signé un accord prolongeant jusqu'en 2025 l'exploitation de deux réacteurs de la centrale de Doel. Il avait été également décidé de ne pas mettre fin à l'exploitation d'un réacteur de la centrale de Tihange dans les délais prévus auparavant.  

Les organisations environnementales ont vivement critiqué ces décisions, Electrabel assurant de son côté que les normes de sûreté les plus sévères sont respectées. Les autorités craignent quant à elles que l'arrêt des réacteurs puisse aboutir à une pénurie d'électricité. 

Les deux centrales nucléaires belges (celle de Doel, quatre réacteurs, et celle de Tihange, trois réacteurs) génèrent environ 6.000 mégawatts d'énergie, assurant 55% des besoins du pays en énergie électrique. 

La centrale nucléaire de Doel est une des plus vieilles d’Europe: elle a été lancée en 1974. En 2012, des milliers de microfissures ont été découverts sur la cuve d'un de ses réacteurs qui avait cependant été relancé après une expertise.  

Suite à l'accident de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima, les autorités de Belgique ont pris la décision de fermer les leurs avant 2025. 


Lire aussi:

Nucléaire: fermer une centrale coûte presque aussi cher que la remplacer
Les robots envoyés à Fukushima "meurent" tout comme les êtres humains
Un agent de sécurité dans le nucléaire tué en Belgique, son badge d'accès volé
Tags:
sûreté nucléaire, centrale nucléaire, Barbara Hendricks, Luxembourg, Pays-Bas, Belgique, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook