International
URL courte
12316
S'abonner

Détruire les déchets spatiaux à l'aide de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), cette initiative a été avancée par le Républicain Dana Rohrabacher, rapporte le journal Washington Post.

"Nous n'avons pas conçu les missiles balistiques intercontinentaux pour les larguer sur l'Union soviétique. Nous les avons construits dans l'éventualité d'une guerre. Nous ne voulions pas qu'elle ait lieu. Aujourd'hui, la guerre froide est finie", a indiqué M. Rohrabacher, chef du sous-comité du Congrès américain sur l'Europe, l'Eurasie et les menaces émergentes, lors des discussions au Congrès américain au sujet des solutions à trouver à des centaines de missiles stockés dans des bunkers de la Force aérienne des Etats-Unis.

"Et que direz-vous de la destruction des déchets spatiaux?", a-t-il poursuivi proposant de charger l'Etat de cette mission.

Les parlementaires américains examinent la proposition de la société aérospatiale Orbital ATL souhaitant acquérir les missiles balistiques intercontinentaux US en vue de les adapter au lancement des satellites spatiaux. La mise en place de cette mesure permettra à l'Etat américain d'économiser de l'argent et de renoncer à l'achat de fusées russes. Pourtant, d'autres entreprises, dont Virgin Galactic, s'opposent à ce projet, considérant qu'il porterait préjudice aux sociétés américaines ayant investi des millions de dollars dans le développement de leurs propres fusées.

Depuis le premier vol habité dans l'espace en 1961, quelque 20.000 fragments et débris d'engins spatiaux polluent l'orbite terrestre, représentant un risque sérieux pour les satellites couteux et les missions habitées vers la Station spatiale internationale.

Lire aussi:

NASA: 100 tonnes de déchets spatiaux sont tombés sur Terre en 2014
Près de 200 déchets spatiaux tombent sur Terre par an (chercheurs)
Russie/USA : coopération dans la lutte contre les déchets spatiaux
Roskosmos s'attaque aux «déchets spatiaux»
Tags:
missiles balistiques, débris spatiaux, ISS, Congrès des États-Unis, Dana Rohrabacher, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik