International
URL courte
17269
S'abonner

Un rapport particulier du Parlement européen en cours de préparation qui ciblerait la soi-disant propagande dans l’Union européenne semble être une initiative étrange qui est capable de nuire à la stabilité du continent. Dans le même temps, il s’agit peut-être d’une théorie du complot adoptée au niveau européen.

Sophie Rauszer, responsable Europe au Parti de gauche et au Parti de gauche unitaire au Parlement européen, qui a pu consulter l'ébauche de ce rapport, s'exprime à ce sujet dans un entretien accordé à Sputnik.

Mme Rauszer explique que même le titre du rapport est particulier: il s'agit d'une nouvelle stratégie de l'Union européenne concernant la communication. L'UE cherche ainsi à attaquer tout ce qu'elle qualifie de propagande contre elle-même, exercée par des Etats étrangers.

"Le rapporteur est Madame Fotiga qui est une élue conservatrice polonaise. Ils sont en ce moment au Parlement européen en train de mener une fronde, des Polonais avec des élus européens des Etats baltes, une fronde dans leur obsession antirusse, vraiment on peut même parler de russophobie. Et donc, ce rapport, ça fait partie de cet esprit", souligne l'interlocutrice de Sputnik.

Ce rapport est une tentative sérieuse de remettre en question l’image de la Russie dans les yeux de l’Union européenne.

"On met sur le même plan un Etat, un membre de l’Onu, qui a beaucoup favorisé les pourparlers à Genève, avec Daech. En termes de rhétorique, on a atteint un stade ici qui est hallucinant", déclare Mme Rauszer.

Son opinion est partagée par Javier Couso, député européen de la Gauche unitaire, qui souligne qu’il est insupportable d’adopter une telle attitude envers la Russie qui respecte l’Union européenne.

Par ailleurs, le référendum, qui a été récemment tenu aux Pays-Bas sur l'accord d'association Ukraine-UE et qui a montré le refus de la population, a été également évoqué dans ce rapport. Mme Rauszer porte l'attention sur les propos scandaleux d'un journaliste européen qui avait vu une participation russe dans les résultats du référendum.

"Comme ça sans sources, on ne sait même pas d'où il (le journaliste, ndlr) sort ces informations qu'en fait, ils ont voté contre un accord de solidarité avec le peuple ukrainien vu qu'ils étaient mal guidés par la Russie", déclare Mme Rauszer.

L'interlocutrice de Sputnik souligne qu'avec les activités des élus polonais et baltes, l'esprit des grands groupes parlementaires au niveau européen et celui de la commission des Affaires étrangères sont en réalité antirusses.

"Il n'y a que deux groupes parlementaires qui s'y opposent nettement — c'est celui de la Gauche unitaire européenne, pour laquelle je travaille, et l'ENF, le nouveau groupe créé par le Front national avec un député assez actif comme M.Schaffhauser", conclut Mme Rauszer.

Lire aussi:

Quels sont les députés les mieux payés dans l'Union européenne?
L’Union européenne d’aujourd’hui, analogie de l’Empire romain?
Comment Erdogan fait chanter l'Union européenne
La crise de l’Union européenne, un drame de notre temps
Tags:
rapport, Parlement européen, Pays-Bas, Europe, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook