Ecoutez Radio Sputnik
    Alep, Syrie

    Syrie: le premier ministre nomme les sponsors du terrorisme

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    1141893

    Le premier ministre syrien Wael al-Halki a pointé les pays qui tentent de détruire l'infrastructure et l'économie du pays en armant les terroristes.

    "Nous constatons que l'Arabie saoudite, la Turquie et le Qatar ainsi que des pays occidentaux comme la Grande-Bretagne et la France n'ont aucune envie de promouvoir le règlement politique en Syrie. Au contraire, ils contribuent à l'escalade de l'activité terroriste", a déclaré M.al-Halki aux agences russes. 

    Selon lui, plus de 5.000 djihadistes ont franchi la semaine dernière la frontière turque et ont pénétré dans les provinces syriennes d'Alep et d'Idlib. 

    Il a noté également que les pays en question s'efforçaient de torpiller les capacités de subsistance des Syriens et de réduire la Syrie au statut d'Etat en faillite. 

    Le premier ministre s'est cependant félicité de leur échec survenu grâce aux efforts de l'armée, de la population et des dirigeants syriens avec le président el-Assad à leur tête, ainsi que des amis de la Syrie, à savoir la Russie et son président Vladimir Poutine. 

    "Notre résistance organisée a évité à la Syrie de sortir perdante. Nous luttons contre le terrorisme international partout en Syrie. Cela concerne au premier chef le Front al-Nosra et le groupe Etat islamique", a dit M.al-Halki. 


    Lire aussi:

    Moscou a aidé à éliminer des milliers de terroristes en Syrie
    Pour le chef de la diplomatie palestinienne, l'opération russe a sauvé la Syrie
    Syrie: la voie de ravitaillement de Daech coupée près de Raqqa
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Tags:
    lutte anti-EI, terrorisme, Front al-Nosra, Etat islamique, Wael al-Halki, Bachar el-Assad, Vladimir Poutine, Qatar, Arabie Saoudite, Royaume-Uni, Turquie, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik