International
URL courte
821131
S'abonner

Le commandant de l'unité spéciale Al-Qods des Gardiens de la Révolution islamique (GRI), le général Qasem Soleimani aurait proposé au président syrien Bachar el-Assad de transférer sa famille dans un lieu sûr pour pouvoir diriger le pays sans craindre pour la vie de ses proches.

Le ministre iranien du Renseignement et de la Sécurité nationale Mahmoud Alavi a déclaré que le président syrien Bachar el-Assad avait refusé une offre d'asile de Téhéran pour sa famille, a rapporté samedi la chaîne de télévision libanaise Al Mayadeen. 

Selon la chaîne, la proposition d'installer en Iran la famille du président syrien émanait du commandant des forces spéciales des Gardiens de la Révolution islamique (Forces Al-Qods), le général Qasem Soleimani, selon lequel cela aurait pu permettre à Bachar el-Assad de diriger la Syrie sans crainte pour la vie et la santé de ses proches. 

Le dirigeant syrien aurait répondu par la négative, expliquant que "sa famille était comme toutes les autres familles syriennes, et c'est la raison pour laquelle, elle resterait à Damas". 

Quoi qu'il en soit, Damas n'a aucunement commenté cette information des médias. Ces dernières années, plusieurs médias ont évoqué l'intention du président syrien de se réfugier en Iran ou en Russie si son gouvernement était amené à s'effondrer, mais toutes ces informations ont été formellement démenties par Bachar el-Assad, qui a plus d'une fois déclaré qu'il ne quitterait pas son pays. 

La Syrie est en proie à un conflit intérieur sanglant depuis 2011. Les troupes gouvernementales font face à différentes formations paramilitaires. Le régime de cessez-le-feu y est en vigueur depuis le 27 février 2016. La trêve ne concerne toutefois pas le groupe djihadiste Etat islamique (EI ou Daech), le Front al-Nosra (filiale syrienne d'Al-Qaïda) et les autres organisations qualifiées de terroristes par le Conseil de sécurité des Nations unies.

Lire aussi:

Assad veut être celui qui a "préservé" son pays
NBC News: les USA auraient pu renverser Assad il y a longtemps
Le clergé alaouite dément l'information de la BBC sur sa renonciation à Assad
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Tags:
Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), conflit, famille, asile, président, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Front al-Nosra, Etat islamique, Qassem Soleimani, Mahmoud Alavi, Bachar el-Assad, Téhéran, Iran, Damas, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook