Ecoutez Radio Sputnik
    Logo du Bild

    La Turquie refoule une fois de plus un reporter allemand

    © AFP 2019 John Macdougall
    International
    URL courte
    9119

    Sur fond de plainte d'Erdogan contre un présentateur de télévision allemand, la Turquie a interdit d'entrée ou même de transit sur son sol plusieurs journalistes allemands. Dernier en date, un photographe du Bild.

    Pour une énième fois depuis quelques semaines, Ankara a interdit d'entrée sur son territoire un représentant des médias allemands. Cette fois-ci, c'est Giorgios Moutafis, photo-reporter pour le tabloïd Bild, qui s'est vu refuser l'autorisation d'entrer en Turquie.

    Samedi soir, le reporter a atterri à l'aéroport d'Istanbul, en transit pour la Libye. Lors du contrôle des passeports, les autorités lui ont retiré ses papiers et ont ensuite déclaré qu'il ne pouvait pas pénétrer en Turquie. "On m'a juste dit que mon nom figurait dans une liste quelconque", a raconté l'homme.

    La semaine dernière, la Turquie a appréhendé puis expulsé un collaborateur de la chaîne de télévision allemande ARD, qui se rendait, via Istanbul, à la frontière syrienne pour préparer un reportage sur les réfugiés retenus sur place. La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé sa préoccupation vis-à-vis de cet incident.

    En attendant, le scandale dit de "télévision" fait rage en Allemagne. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a porté plainte contre un présentateur et humoriste qui officie sur la chaîne publique allemande ZDF Neo, Jan Böhmermann, qui a lu à haute voix dans son émission, une poésie insultant le président turc.

    Lire aussi:

    Insultez Erdogan et gagnez 1.300 euros!
    Un homme politique allemand poursuivi pour avoir cité un poème anti-Erdogan
    Touristes allemands, ne critiquez pas Ergodan lors de vos séjours en Turquie!
    Die Zeit: Merkel perd 11% dans les sondages suite au sketch anti-Erdogan
    Tags:
    journalisme, expulsions, Jan Böhmermann, Giorgios Moutafis, Allemagne, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik