International
URL courte
9145
S'abonner

Auparavant, l'Institut polonais de la mémoire nationale (IPN) a proposé de démanteler 500 monuments aux soldats soviétiques tombés pendant la libération du pays de l'occupation nazie.

Les autorités de la ville polonaise de Borne Sulinowo (nord-ouest) se déclarent prêtes à créer un musée à ciel ouvert pour accueillir les monuments de l'époque soviétique de tout le pays.

Selon le responsable de l'office de tourisme à la mairie de Borne Sulinowo Dariusz Tederko, l'initiative a été avancée par des résidents locaux et les touristes suite à la proposition de l'Institut de la mémoire nationale de démanteler des centaines de monuments soviétiques érigés en Pologne.

"Nous avons proposé à l'Institut une place pour y créer un musée à ciel ouvert, mais nous ne sommes prêts qu'à accueillir des monuments de taille moyenne, car il est techniquement difficile et onéreux de transporter de grands monuments", a expliqué M.Tederko.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Borne Sulinowo a accueilli un contingent militaire soviétique pendant 47 ans. Le responsable estime que l'ouverture d'un musée des monuments rendra cette ville de 4.000 habitants plus attrayante pour les touristes.

D'après le chef de l'Institut de la mémoire nationale Lukasz Kaminski, les mémoriels soviétiques symbolisent la domination du système communiste sur la Pologne et doivent ainsi être démolis.

Le ministère russe des Affaires étrangères, via sa porte-parole Maria Zakharova, a promis que Moscou réagirait à l'éventuel démantèlement de monuments soviétiques en Pologne.

Lire aussi:

Un chien du Raid poignardé par un forcené lors d’une intervention dans les Yvelines
Pfizer va réduire temporairement ses livraisons de vaccin en Europe
Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
«On va aller les taper»: ces Parisiens prêts à chasser les délinquants mineurs relâchés
Tags:
monument, culture, communisme, tourisme, musée, Seconde Guerre mondiale, Institut polonais de la mémoire nationale (IPN), Lukasz Kaminski, Maria Zakharova, Pologne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook